“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
0
clics
Prochain coup de calgon, les échéances de crédit de GM/FORT et Chrysler
posté par ouioui2  le 19/11/08 - 4 commentaires

Vous êtes prévenus !

0
clics
La peur de la déflation dans le monde
posté par ouioui2  le 19/11/08 - 0 commentaire

Et maintenant, la déflation ?
Une baisse des prix généralisée et durable affaiblirait encore l'économie mondiale

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article
Classer cet article



Il y a à peine trois mois, l'inflation était le sujet d'inquiétude économique numéro un. Les prix du pétrole atteignaient des sommets, tout comme ceux des denrées alimentaires. Les banques centrales mettaient en avant les risques de propagation aux salaires, ce que les économistes appellent " les effets de second tour ".

Avec la crise financière, toutes ces craintes inflationnistes se sont envolées, et c'est aujourd'hui la déflation qui menace : une phase généralisée et durable de recul des prix, comme le Japon en a connu au cours des années 1990 à la suite de l'éclatement de sa bulle immobilière et boursière. La déflation a pour effet d'aggraver la crise économique en accentuant le recul de l'activité.

Selon les statistiques publiées mardi 18 novembre, les prix à la production ont reculé de 2,8 % au mois d'octobre aux Etats-Unis, un record depuis que cette statistique a été créée, en 1947. Au Royaume-Uni, l'inflation s'est établie à 4,5 % sur un an, en octobre, contre 5,2 % un mois plus tôt, ce qui représente le ralentissement mensuel le plus important observé depuis seize ans.

Le plongeon historique des prix agricoles et énergétiques est à l'origine de la décrue spectaculaire de l'inflation. Le cours du baril, qui atteignait 145 dollars mi-juillet, flirte désormais avec la barre des 50 dollars. Avec la crise financière, les fonds spéculatifs, qui avaient investi massivement sur les marchés de matières premières, faisant s'envoler les prix, s'en sont retirés dans une atmosphère de panique. A ce reflux de la spéculation, s'ajoute le jeu naturel de l'offre et de la demande : la seconde se réduit en raison de la récession mondiale.

Face à la menace de déflation, les gouvernements commencent à prendre peur. " L'an dernier et au cours des derniers mois le problème était l'inflation, une inflation combinée à la crise du crédit, l'an prochain le problème sera la déflation ", a averti jeudi le premier ministre britannique Gordon Brown. " Jusqu'à juin, nous avons dû lutter contre l'inflation et le gouvernement chinois a réussi à maîtriser ce problème, a déclaré il y a quelques jours le vice-gouverneur de la banque centrale, Yi Gang. Mais désormais, le gouvernement réfléchit à des mesures pour prévenir efficacement une déflation possible. "

Pour le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, " il est clair que la menace inflationniste d'il y a un an a disparu. Il est trop tôt pour dire que nous sommes passés à une situation de déflation. Mais cela pourrait arriver. " Les économistes soulignent que l'économie mondiale n'est pas encore confrontée à proprement parler à une situation de déflation. Elle se trouve dans une phase de désinflation accélérée, c'est-à-dire de ralentissement rapide du taux d'inflation. Dans la zone euro, celui-ci est revenu de 4 % en juillet à 3,2 % en octobre, mais il reste positif, ce qui veut dire que, mesuré sur un an, le niveau général des prix continue à augmenter.

La crainte est toutefois que ce mouvement de désinflation, aux effets bénéfiques pour le pouvoir d'achat, ne dégénère, à cause de la contraction historique du crédit, en déflation, aux conséquences économiques très négatives. En situation de déflation aiguë, ce ne sont pas seulement les prix qui baissent mais aussi les investissements et la production. La consommation se replie également, les ménages préférant différer leurs achats dans l'attente des baisses de prix à venir. Les rémunérations sont pour leur part tirées vers le bas, en raison de l'augmentation du chômage qui met les salariés en position de faiblesse vis-à-vis de leur employeur.

CRI D'ALARME

La déflation est encore plus dommageable pour les agents économiques endettés, qu'il s'agisse des Etats ou des particuliers. Avec des prix en baisse, la charge de la dette - le montant des versements d'intérêts et des remboursements d'emprunts - augmente mécaniquement. De quoi faire peur lorsqu'on connaît les niveaux d'endettement privé et public aux Etats-Unis et dans plusieurs grands pays européens.

Le cri d'alarme lancé jeudi par M. Brown se comprend d'autant mieux qu'une fois la déflation installée, il est très difficile de s'en défaire, comme l'a prouvé le cas du Japon. D'où la nécessité, selon les économistes, d'agir très en amont. Le principal remède consiste en une baisse radicale de taux d'intérêt par les banques centrales, pour regonfler artificiellement la masse monétaire. Celle du Japon avait ramené ses taux à 0,5 % au milieu des années 1990. Ils étaient même devenus négatifs en Suisse à la fin des années 1970.

C'est vers ce scénario de taux zéro, d'argent gratuit, qu'on semble s'orienter aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. La Réserve fédérale américaine (Fed) vient de ramener son taux directeur à 1 % et un assouplissement monétaire supplémentaire est envisagé. La Banque d'Angleterre a pour sa part abaissé d'un point et demi son principal taux, un geste d'une ampleur jamais observée. Il a été porté à 3 %, le plus bas niveau depuis cinquante ans. Son gouverneur, Mervyn King, a laissé entrevoir la possibilité de nouvelles réductions. De nombreux experts craignent en revanche que, dans la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) rechigne, pour des raisons historiques et culturelles, à adopter une stratégie monétaire aussi extrême.

Pierre-Antoine Delhommais

0
clics
Immobilier : des prix en baisse de 10% dès 2008, selon Laforêt
posté par seb  le 19/11/08 - 11 commentaires

"A fin octobre, les prix de vente, pour les biens vendus dans les agences immobilières Laforêt, avaient déjà baisser de -6,1%. La baisse devrait atteindre -10% pour l'ensemble de l'année. Pour vendre vite, il faut actuellement accepter des baisses de prix de -15% à -20%. "

0
clics
Selon Laforet "Toutes les villes sont déjà touchées par la baisse de l’immobilier"
posté par Bronto  le 19/11/08 - 6 commentaires

"Nous sommes à -7% depuis janvier et nous prévoyons une baisse supplémentaire de 3% d’ici fin décembre."
"Aujourd’hui, toutes les villes sont touchées. Sur un deux-pièces, par exemple, la baisse est déjà de 12% à Nantes, 10,5% à Marseille, 8% à Rouen, 3,5% à Nice.Des marchés comme Toulouse, qui avaient pourtant déjà commencé à baisser l’an dernier, poursuivent leur recul. Tous les types de biens sont touchés, y compris le haut de gamme, qu’on pensait pourtant plus à l’abri d’un recul. Et il ne faut pas croire, comme on l’entend parfois, que Paris est l’exception à la règle. Là aussi, la baisse, d’ici la fin de l’année, sera de 10%."

0
clics
même baisse de l'immobilier et des prix à la consommation ?
posté par Enpassant le 19/11/08 - 3 commentaires

Totale déflation. Les prix à la consommation dévissent d'environ autant que les prix de l'immobilier (-1%/mois).

0
clics
Krach à Paname : -10 à -20% dans le 9e et le 18e sud (ParisObs)
posté par Malard  le 19/11/08 - 2 commentaires

Extrait du ParisObs de la semaine :
"10 h. Patrick Jubault, quatorze
années à la tête de Minclert
Immobilier, est inquiet. De la
baisse des prix sur son secteur
du 9e et du sud 18e : « Une baisse
de 5 à 10% sur le premier semestre
et encore une de 5 à 10% depuis
septembre. » Des panneaux
« A vendre » « qui reviennent »
sur les balcons de grands appartements,
« dans les 8e, 15e, 16e et
17e ». Des fermetures d’agences
qui se multiplient, alarmantes en
petite couronne, déjà « très nombreuses
en grande couronne »
où les prix s’écroulent."

Euh... c'est qui qui disait que ça baisserait pas à Paris déjà ? LOL

0
clics
Krach.fr : correction durable et exceptionnelle (HSBC)
posté par Malard  le 19/11/08 - 1 commentaire

Comment dire ? Les experts ont encore une fois revu à la baisse leurs prévisions... mais ils sont encore à des années lumière de la réalité, puisqu'ils prévoient la stabilité en 2008 alors qu'on sera déjà à -10% (c'est certain) et -5% en 2009 alors qu'on sera certainement à -15-20%...
Bref, ils ont pas fini de revoir leur prévisions les pseudo-experts... ils me font penser à une certaine M'dame Lagarde qui court depuis 2 ans derrière la crise...

0
clics
Le logement moins cher de 15 à 20% d'ici fin 2008, selon Laforêt
posté par Strat  le 19/11/08 - 6 commentaires

D'une baisse de -5 % prévu pour 2008, on passe maintenant -15 % à 20 %. Voilà mes amis. Ce qui m'amène à la conclusion suivante que vous partagez surement avec moi : les prévisions d'aujourd'hui sont plus pessimistes que celles d'hiers mais moins que celles demain.

1
clics
L'Euribor continue sa chute
posté par Enpassant le 19/11/08 - 31 commentaires

A force de perdre plus d'1% par jour depuis deux mois, l'Euribor 1 an est désormais à sa valeur d'avril 2007. Les taux d'emprunt vont bienôt être donnés!

0
clics
Plus l'arrêt du marché immobilier sera brutal, plus la reprise sera vigoureuse
posté par Lembusqué  le 18/11/08 - 4 commentaires

Elle est bien bonne celle là! ce qui a été brutal ces derniers temps, c'est la hausse et par conséquent on peut en déduire que la baisse sera vigoureuse. L'auteur semble être un vieux renard... mais la ficelle est un peu grosse...

0
clics
Bientôt la déflation ?
posté par fifi_la_mouette le 18/11/08 - 3 commentaires

Deflation: Fixed-rate savers can win – but don't be a slowcoach

0
clics
Ce phénomène peut-il se produire chez nous ?,
posté par fifi_la_mouette le 18/11/08 - 2 commentaires

House rents fall as unsold properties flood market

0
clics
Le super luxe va mieux que bien
posté par enpassant2  le 18/11/08 - 20 commentaires

le fabricant de bateaux a annoncé une baisse de 71% de son chiffre d'affaires trimestriel. Cette chute a surpassé les scénarios les plus pessimistes, et a suscité des craintes de faillite.
Yachts de luxe, villas de rêve sur la côte, appartements de luxe à Paris … plouf plouf plouf, nous coulons mon cher ami !

0
clics
En attendant, il a fort à parier qu'on ne verra pas le scénario de 90 sur les taux ...
posté par ouioui2  le 17/11/08 - 27 commentaires

avec une durée qui s'établit à 20 ans en moyenne par rapport aux 15 ans de l'époque et des taux de 5% par rapport aux 10% de l'époque, faites le calcul vous même.

0
clics
Krach UK : -2.9% en novembre !!! (Rightmove)
posté par Malard  le 17/11/08 - 0 commentaire

On est à -8% pour l'UK et -5.4% à Londres. Il faut savoir que cet indicateur est décalé de 6-8 mois par rapport à ceux de Halifax et Nationwide où la baisse est déjà de -15%.
Ces chiffres ressemblent étrangement aux chiffres de la France et de Paris... forcément, 6-8 mois de retard c'est aussi le décalage entre la France et l'UK.
A bon entendeur

0
clics
Selon la BNP "Une baisse des prix réels comprise entre 30% et 40% paraît probable"
posté par Bronto  le 17/11/08 - 18 commentaires

"Les prix des logements anciens ont crû de +155% dans l’ensemble du pays au cours des dix dernières années et de +191% à Paris.
En termes réels, les progressions s’établissent à respectivement 112% et 143% depuis 1998. Les prix ont commencé à diminuer depuis la fin de l’été en province et en banlieue parisienne. La
capitale enregistre actuellement une importante baisse des transactions et ne devrait pas faire longtemps exception. Volumes de ventes et prix des logements devraient refluer de concert en 2009, tant en Ile-de-France qu’en province. Une baisse des prix réels comprise entre 30% et 40% nous paraît probable, à l’issue d’un ajustement qui s’étalerait sur plusieurs années."

0
clics
A coté de ça, le paquet fiscal était de la rigolade
posté par ouioui2  le 17/11/08 - 4 commentaires

Je ne sais pas si ça va passer, mais ça fera baisser les prix de l'immo de 15% mécaniquement (l'ancien va suivre) et ça risque de relancer le marché.
Prochaine étape, l'état va se porter garant des emprunts ?

0
clics
Pas de Krach immobilier
posté par gmmmmm le 15/11/08 - 15 commentaires

Vous avez raison les neuneux l'immobilier c'est du solide. Hi Hi Hi

0
clics
Krach à Paris : baisse de -1.8% en octobre (MeilleursAgents)
posté par Malard  le 14/11/08 - 15 commentaires

Qui peut encore nier le krach à Paris : -2%/mois, c'est le rythme de baisse qu'on trouve en UK ou en Californie !!!

0
clics
Debt and deflation
posté par fifi_la_mouette le 14/11/08 - 5 commentaires

Are rich economies heading merely for a bout of falling prices, or for a 1930s-style deflationary spiral?

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08