“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
0
clics
Immobilier : les prix devraient baisser
posté par Jean-Aymard le 06/02/08 - 0 commentaire

Merci de corriger votre saisie
Vous devez saisir un commentaire pour votre actu.

Retourner au formulaire de saisie

0
clics
La deustche bank en difficulté
posté par pedro2  le 06/02/08 - 1 commentaire

Elle a prêté quelques milliards à un marchand de bien pour des immeubles de bureaux à Manhattan. ça n'a rien à voir avec l'immo parisien, mais que vont faire les banques de leurs prêts aux foncières, promoteurs espagnols et autres spéculateurs immobiliers à la petite semaine ?
On le saura dans un an ...

0
clics
Même les plus riches sont à la peine
posté par cbm le 05/02/08 - 29 commentaires

bulle quand tu nous tiens.

0
clics
Derniers chiffres
posté par bulette  le 05/02/08 - 50 commentaires

Cet indice est trop récent pou avoir une idée de sa fiabilité, mais d'après eux: il n'y a plus que l'est et l'arc méditerranéen qui est encore positif sur un an!

les notaires http://www.paris.notaires.fr/UPLOAD/files/17834c55297eebe7/Indicesmensuelsoctobre2007.pdf
par contre annoncent 7% de hausse (hausse sur 24 mois, moyenne glissante oblige et vieille de 6 mois mini). Il n'empêche que à part paris, la hausse a considérablement réduit en 1 an. La hausse sur paris augmentant légérement, Ce qui va permettre aux théoriciens du "paris c'est pas pareil, il y a le périph pour le protéger" ...

0
clics
Dédicace spéciale 1929
posté par cbm le 04/02/08 - 5 commentaires

Que s'est il passé en 1929 ? Tout y est : les banques, le découplage, tout. On remplace juste Amérique Latine par Asie :

États-Unis
Vers 1929, New York devient la ville la plus dynamique du monde, « le pôle de l'économie monde » (Braudel), remplaçant Londres.
La panique qui secoue les banques américaines provoque l’interruption du flux financier entre les États-Unis et le reste du monde, l’Europe en particulier.
642 banques en faillite.

Amérique latine
La crise de 1929 au États-Unis plonge l’Amérique latine dans un marasme économique dont elle ne sortira qu’après la Seconde Guerre mondiale. Quatre mécanismes conjuguent leurs effets. Les importations des pays développés baissent fortement, privant les pays en voie de développement de leurs principales sources de revenus. Les termes de l’échange évoluent dans un sens défavorable aux pays latino-américains.

La crise économique des années trente en France [modifier]
En 1929 la France apparaît comme un îlot de prospérité pour trois raisons. Tout d'abord, la France est un pays traditionnellement méfiant face aux trusts et aux grandes entreprises. Le tissu économique français reste donc avant tout composé d'entreprises de petite ou de taille moyenne,et non financées par des actions. Contrairement aux Anglo-Saxons et notamment aux Américains, les Français investissent peu en bourse et gardent confiance dans l'or, qui lors de la crise de 29 constitue une valeur-refuge, comme pendant la première guerre mondiale, ce qui explique l'attachement des Français à ce métal. Enfin, la balance commerciale est bénéficiaire[2] depuis des années principalement grâce à ce que l'on nomme les exportations invisibles, par exemple le tourisme. Les investissements français à l'étranger sont nombreux.

Les réparations allemandes décidées par le Traité de Versailles de 1919 font rentrer des quantitées importantes de devises, qui servent principalement à rembourser les emprunts contractés pendant la Guerre auprès des États-Unis[3]. Le paiement des réparations s'arrête vers 1932 (Conférence de Lausanne).

Alors que les États-Unis vécurent une forte augmentation du chômage, la France, quant à elle, atteint presque le plein-emploi: en 1930, seuls 1700 chômeurs sont secourus. La confiance des citoyens dans leurs gouvernements et dans leur système politique atteint donc des sommets. L'économie française se porte mieux que celle de ses voisins, notamment grâce à la solidité du franc Poincaré. L'importation du modèle économique américain, notamment inspiré par le fordisme est donc brutalement arrêté et, avec lui, la modernisation des entreprises françaises. Tout semble donner raison aux Français, la production ne faiblit pas avant 1930, et notamment la production de matières premières, et la France est le premier producteur mondial de fer en 1930. La France retrouve confiance dans son modèle et est fier de sa « vertu budgétaire », c’est-à-dire, de l'équilibre de son budget que la France applique, tant bien que mal depuis près d'une décennie. Grâce au/à la stabilisation Poincaré survenue deux ans plutôt, en 1927, la France à la faveur de la crise mondiale, devient le premier possesseur d'or du monde, ses réserves de change passant de 18 milliards de Francs en 1927 à 80 milliards en 1930.

Un pays devant faire face à sa propre crise [modifier]
Cependant, dans les années trente, la France doit faire face à ce que l'historien Jacques Marseille qualifie de «crise doublement endogène». En effet, dès les années vingt la France n'est plus compétitive face aux autres pays industrialisés. En cause, son modèle économique archaïque. La concentration des capitaux n'est presque pas pratiquée en France et son agriculture, la grande force française depuis des siècles, est totalement amécanique. En 1930, les trois quarts des exploitations françaises font moins de dix hectares. Et bien qu'il y ait eu un début de modernisation dans les années vingt grâce à l'accroissement des revenus liés à la guerre, ce qui a permis aux paysans d'acheter des terres (les exploitations de taille moyenne représentent 22% des terres cultivées, donc les grandes exploitations moins de 3%) et d'acheter des machines, la France reste loin de ses voisins aux Pays-Bas.

Cette crise endogène qui couvait depuis près d'une décennie a été renforcée par des causes exogènes et non pas comme on l'a trop souvent écrit provoquée par elles. La crise de 29 a appauvrit tous les pays de la planète et même si la France pouvait encore faire illusion grâce à ses exportations invisibles, elle ne va pas pouvoir en tirer longtemps bénéfice. En effet, ses exportations de marchandises s'effondrent, le tourisme qui constituait déjà une des premières rentrées d'argent va quasiment cesser, car les étrangers attirés par le patrimoine de l'Hexagone n'ont plus les moyens de voyager. La fin des réparations allemandes est plus grave encore sur l'économie française.

La France semblait donc entrer dans la crise avec un avantage sur ses voisins. Cependant la crise va être renforcée et la France sera le dernier pays à en sortir parce que la politique économique du pays va l'entretenir. Alors qu'elle était compétitive face à ses voisins, la dévaluation de la plupart des monnaie et notamment celle de la livre sterling va lui ôter cet avantage. Les gouvernements successifs refuseront, et c'est ce qui prolongera le marasme économique français, de dévaluer la monnaie et de toucher à la stabilisation Poincaré. Pour ce faire, elle s'associa avec le Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse et forma le bloc-or. On peut donc considérer que la France est entrée dans la crise mondiale des années trente en raison de fragilités liées à des causes endogènes et que le marasme s'y poursuivit car les gouvernements ne voulurent pas toucher aux fondements même du système français, c’est-à-dire aux véritables causes de la crise qu'ils rejetèrent sur l'échec du système américain.

Les conséquences de cette politique sont multiples mais dans la première moitié des années trente, elles se manifestèrent de quatre façons, profondément liées entre elles.

Tout d'abord, le marasme économique, déjà ancien s'est aggravé. Alors qu'en Allemagne ou aux États-Unis d'Amérique la crise entraina une plus grande concentration des capitaux et donc, à moyen terme, la modernisation du pays, en France, l'absence de grande entreprise ne permet pas ceci, et la crise entraine un ralentissement de l'activité des petites et moyennes entreprises. Dans les pays fortement industrialisés, il était possible de relancer l'économie en fusionnant des entreprises et en licenciant. En France, les artisans ne purent que ralentir leur temps de travail. Le marasme s'aggravant, les entreprises produisirent moins et travaillèrent moins. La France ne devint donc jamais attractive pour les capitaux étrangers, et elle ne put donc jamais tirer profit de sa prospérité.

0
clics
un petit rappel des faits qui fait froid dans le dos
posté par fifi_la_mouette le 04/02/08 - 4 commentaires

oh oui !

0
clics
pourquoi les banques devraient prêter moins
posté par pedro2  le 04/02/08 - 0 commentaire

l'article est du 16 donc avant le 21, mais il est assez explicite sur les raisons qui vont amener les banques à rationner le crédit

0
clics
Regardez ce graphe : qui peut encore oser dire que ça ne va pas dégringoler à Paris !
posté par Malard  le 04/02/08 - 8 commentaires

Certes ce sont les US et ça a déjà commencé à chuter... mais comme jusque là on avait exactement la même courbe à Paris, notamment la hausse vertigineuse de ces 10 dernières années, je vois pas par quel miracle les prix peuvent se maintenir à Paris : l'inertie du long terme va les faire retomber de plus de 50% dans les toutes prochaines années, c'est inéluctable !

0
clics
Baromètre Seloger janvier : ça résiste...
posté par Malard  le 04/02/08 - 15 commentaires

Ce n'est pas encore la dégringolade comme dans de nombreux pays. On oscille encore entre petites hausses et petites baisses suivant les villes et les quartiers. Mais force est de constater que globalement les prix se maintiennent, même si ce ne sont encore que les prix de présentation.

0
clics
Comparaison n'est pas raison ?
posté par cbm le 04/02/08 - 15 commentaires

Il est néanmoins interessant de constater qu'en Irelande ça baisse plus vite dans la capitale que en Banlieue...

Prices nationally declined by 7.3% compared to growth of 11.8% in 2006
Price reduction in second half stronger than that in first half
Price reduction highest in Dublin (-7%) compared to Outside Dublin (- 6.4%)
Prices for existing houses (- 9.0%) decline more than prices for new house (- 4.1%).

0
clics
Là vague a atteint brest
posté par cbm le 04/02/08 - 0 commentaire

des états-unis à brest c'est allé assez vite. Bien entendu, ça n'arrivera pas jusqu'à paris. on a monté une digue.

0
clics
La production de crédit en baisse de 5% sur un an
posté par pedro2  le 02/02/08 - 7 commentaires

et non pas 30% comme j'ai pu le lire sur le forum il y a quelques jours. Ceci dit, si les prix ont monté de 4% et que la production a baissé de 5%, les transactions auraient du baisser de 10%, et pourtant les notaires nous maintiennent que les transactions sont en légère croissance, conclusion:
un de ces trois chiffres est faux.

0
clics
Pourquoi les américains préfèrent garder leur voiture et perdre leur maison
posté par pedro2  le 02/02/08 - 2 commentaires

Visiblement personne ne s'y attendait, mais les américains en négative equity préfèrent arrêter de payer leur maison pour renégocier ...La loi leur permettant de rendre maison + crédit, plutôt que de s'acharner à payer dans un puits sans fond.
C'est toute la différence avec nous les français, en cas de "negative equity" il n'y a plus qu'à serrer les fesses et à payer et nos banquiers sourient, ils ne prennent aucun risque et peuvent se focaliser sur les marchés dérivés ...

0
clics
La construction de logements en 2007 au plus haut depuis la fin des années 70
posté par pirate le 01/02/08 - 5 commentaires

Article très intéressant pour tordre le cou à l'idée que le chiffre de 430000 nouveaux logements construitx en 2007 est du à une surconstruction de Robien dans des trous paumés :
"Par zone géographique, la progression du nombre global de logements construits a été particulièrement forte "dans les régions les plus tendues" : en Ile-de-France (41.000 nouveaux logements, soit une hausse de 2,5% sur un an), en Rhône-Alpes (53.000, 9%) et dans le Nord-Pas-de-Calais (19.000, 5,2%)."

1
clics
Attali est plus abruti que je croyais
posté par KK  le 01/02/08 - 45 commentaires

Je croyais que'Attali est un liberal. Incroyable que ses mesures en faveur des locatires qui au contraire vont dissuader les proprietaires de louer logement au bouseux moyen (95% es francais). Je crois que decidement l'intelligence et bons sens ne font pas menage.

0
clics
Le vent tourne
posté par bronto  le 01/02/08 - 6 commentaires

Depuis des années (des décennies?), le magazine le particulier vous explique comment vous constituer un patrimoine immobilier. Ce mois ci, il vous explique comment le liquider "vite et bien", mais surtout viiiite!!!

0
clics
Alors zarko, qu'est-ce que tu fous ? tes promesses pour le logement, elles sont où ?
posté par Turbo le 01/02/08 - 8 commentaires

Les difficultés d'accès au logement persistent selon la Fondation Abbé Pierre

0
clics
UK, janvier (Nationwide) : 3e mois consécutif de baisse
posté par Malard  le 01/02/08 - 4 commentaires

La baisse est bien là en UK :
- 3e mois consécutif de baisse, pour la 1ère fois
- le rythme trimestriel passe également dans le rouge
- sur un an, on est plus qu'à 4.2% de hausse...

No more comment...

0
clics
Le million .. le million
posté par anonyme le 01/02/08 - 15 commentaires

Le million .. le million Le million .. le million

0
clics
Encore une petite perte de rien du tout...
posté par fifi_la_mouette le 01/02/08 - 0 commentaire

Subprime, CDO Bank Losses May Exceed $265 Billion

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08