“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
1
clics
Endettement immobilier des Français est un risque pour l'économie (Noyer
posté par bronto  le 16/05/06 - 0 commentaire

Par rapport à leur revenu disponible, l'endettement des ménages est passé de 49% en 1995 (...) à 64% en 2005. Ce rythme d'endettement est un élément de fragilité en cas de retournement du marché immobilier dans un contexte de remontée des taux longs", a déclaré M. Noyer dans une lettre adressée au Président de la République."

0
clics
Les vendeurs manquent de sagesse dans le 5ème arrondissement
posté par Webmaster  le 14/05/06 - 48 commentaires

Quartier central et animé de Paris, l\'attraction qu\'exerce le 5ème arrondissement ne faiblit pas. Toutefois, les agents immobiliers du secteur observent une accalmie dans le volume de transactions. Alors que les prix tendent à se stabiliser, les vendeurs trop gourmands surcotent leurs biens et font traîner les transactions. La clientèle acheteuse est très variée et composée aussi bien d\'étrangers, de seniors et de jeunes actifs aisés. En revanche, les primo-accédants sont exclus du marché. En effet, les prix sont très hauts. Ils débutent à 6500 € du m2 au Sud, près du Boulevard St Marcel ou de l\'Hopital. Près de la rue Mouffetard, il faut compter entre 7500 et 8500 € du m2. Autour de Maubert, les biens s\'échangent à 8000 € du m2, tandis que le must de l\'arrondissement, près du Luxembourg ou autour du Panthéon, passe la barre des 10000 € du m2. Du côte de la location, les excés relevés dans les années précédentes se corrigent, avec des baisses allant parfois jusqu\'à 15 % par rapport au loyer (élevé) pratiqué pour l\'ancien locataire. L\'article fournit quelques exemples de transactions réelles. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20060503.WWW000000236_le_ve_arrondissement_stabilisation_en_vue.html\" target=\"_blank\">Le Ve arrondissement : stabilisation en vue - Le Figaro</a>)

0
clics
Bulle immobilière : est-on au bord du krach ?
posté par bronto  le 12/05/06 - 6 commentaires

Il s'agit cette fois ci du point de vu de Exane-BNP Paribas

0
clics
L’immobilier craque, mais ne « krache » pas… encore
posté par bronto  le 11/05/06 - 5 commentaires

Ca ne devrait plus tarder à en croire l'article....

0
clics
Les prix de l’immobilier se stabilisent
posté par bronto  le 11/05/06 - 0 commentaire

Le plus interressant est en page 30 (A suivre)

0
clics
INDICE FNAIM: EST-IL SI FORT QUE CA?
posté par kurt saturax le 11/05/06 - 2 commentaires

Attention aux apparences...

0
clics
FNAIM: RALENTISSEMENT SANS EFFONDREMENT
posté par Georges le 10/05/06 - 44 commentaires

Incroyable : + 2% en Avril ! soit 24 %/an. Barroud d'honneur ou phénomêne durable?

0
clics
A Chill Is in the Air for Sellers
posté par Teilhard le 10/05/06 - 3 commentaires

ça bouge.................

Many Americans who planned on real estate as their path to wealth are beginning to find that there are limits to how high is up.

0
clics
La Banque de France se pose la question de la soutenabilité des prix de l'immobilier
posté par Webmaster  le 08/05/06 - 7 commentaires

En septembre 2004 déjà, la Banque de France avait publié une étude sur l\'immobilier français jusqu\'à fin 2003, qui concluait qu\'une poursuite de la progression des prix au rythme observé en 2002-2003 n\'était pas sans risque. Un an et demi plus tard, elle fait donc le point, alors que l\'évolution s\'est poursuivie. Trois approches sont proposées en comparant 6 pays (France, Etats-Unis, Royaume Unis, Espagne, Allemagne, Pays-Bas) sur les critères suivants : l\'étude de la solvabilité des ménages en fonction de leur revenu, des taux d\'intérêt et du niveau des prix, la comparaison prix de location / prix d\'achat et enfin le calcul du niveau de rentabilité locative pour l\'investisseur. Pour la France, la solvabilité s\'établit en 2005 à 2,8 points au dessus de celle qui prévalait à son plus bas en 1991 : si les taux augmentaient de 1 point, elle régresserait à 2,5 points en dessous de son niveau de 1991 (à prix constants). Concernant le 2ème aspect de l\'étude (arbitrage accession / location), l\'opportunité d\'acheter en France est inférieure à sa moyenne de long terme, mais reste assez largement supérieure à celle de 1991, du fait de la hausse parallèle des loyers et des prix. Enfin, la rentabilité locative reste dans une zone \"normale\" dans un contexte où l\'actif de référence (taux de placement sans risque) est très bas. En synthèse, l\'étude conclut que si les indicateurs se maintiennent tous au dessus de leurs niveaux de la précédente crise, cela est dû pour presque tous au niveau très bas des taux d\'intérêt. Contraitrement à 1992-1993 où la soutenabilité était dégradée en raison de la hausse des taux, en 2005-2006, elle est dégradée même en l\'absence de hausse des taux. (<a href=\"http://www.banque-france.fr/fr/publications/telechar/bulletin/etu148_1.pdf\" target=\"_blank\">La soutenabilité des prix de l’immobilier aux États-Unis et en Europe - Banque de France</a>)

0
clics
La BCE laisse son taux directeur inchangé à 2,50 %
posté par Jean-ClaudeTrichet le 05/05/06 - 5 commentaires

"une nouvelle hausse des taux pourrait avoir lieu à court terme"

0
clics
Soit disant que ça monte encore...
posté par cbm le 05/05/06 - 22 commentaires

mais moins vite...

0
clics
De pire en pire...
posté par Labaisse le 05/05/06 - 3 commentaires


Bonjour à tous...

la situation est bien pire que celle que j'avais imaginé pour les primos-accédants.

La surface possible d'un primo-accédant à Paris en 2006 est de : 27.6 m².

Ce qu'il faut retenir :

- Malgré la baisse historique des taux d'intérêts

- Malgré la perfusion de ce secteur par les politiques : défiscalisations, prêts à taux zéro, etc...

- Malgré l'allongement considérable des durées de remboursement

le résultat est qu'un primo a perdu en 6 ans une pièce à vivre en moins...

C'est dire si le potentiel à la baisse est important.

0
clics
pessimisme
posté par mika le 04/05/06 - 12 commentaires

Dans le 20 minutes d’hier, j’ai lu un truc sur le manquie de logement en region pariseinne, la faute a l’obtention de permis trop long etc…
Il y a peut etre bcp de logement qui se construisent en ce moment, mais pas assez en région parisienne.
La région a besoin de 60000 logements neuf par an, il ne s’en construits que 35000..
Un article du meme type est dsur lefigaro.com

Je suis locataire, voulant accéder a la propriété depuis peu,
J’ai peine a croire à un crack.
Je voudrais bien, comme tous bon locataire voulant acheter, mais je suis assez pessimiste.
Bon c’est vrai que je trouve les prix extremement élevé.
Je travaille dans le secteur bancaire, je ne peux pas dire que je suis a plaindre en terme de salaires et d’avantages.

Pourquoi y aurait il un crack ???
Une petite baisse, un trou d’air, mais un crack !!

0
clics
Insolite
posté par cbm le 04/05/06 - 3 commentaires

C'est pas vraiment drôle, mais c'est la vrai vie. N'oublions tout de même pas qu'après Décohabitation il a remise en ménage, mais l'article n'en parle pas.
Enfin, on apprend que le besoin annuel en nouveau logement est de 350000. On ne construit pas 600000 depuis quelques années ? Les gens devaient vivre dans la rue et nous on ne devait pas les voir.

0
clics
bientôt les chiffres fnaim
posté par paranormal le 03/05/06 - 11 commentaires

J ESPERE QUE LES NOUVEAUX CHIFFRES FNAIM VONT ACCROITRE L ARDEUR DES INTERVENANTS DE CE SITE!

0
clics
Immobilier : gare à l'effet boomerang
posté par lembusqué  le 02/05/06 - 1 commentaire

Dans l'hypothèse la plus optimiste, le marché français du logement va atterrir en douceur. Mais la fin de la hausse des prix de la pierre, c'est aussi la fin de l'effet richesse.
En effet, il faut bien comprendre que ce qui compte, ce n'est pas le niveau des prix du patrimoine, mais son élévation qui se traduit par ce sentiment que le patrimoine se constitue malgré un moindre effort d'épargne. A l'inverse, la fin de la hausse des prix de la pierre va se manifester par un surcroît d'épargne, et donc par un ralentissement de la consommation. Un effet richesse « négatif » qui serait bien pire dans l'éventualité d'un krach immobilier.

0
clics
A l'ANIL, 34 % des simulations de prêts principaux a une durée supérieure à 25 ans
posté par Webmaster  le 27/04/06 - 9 commentaires

Les acheteurs font des projets sur des durées toujours plus longues pour acheter leur bien immobilier : en seulement 6 ans, la part des simulations de prêt réalisées à l\'ANIL sur 20 à 25 ans est montée de 24 à 40 % tandis que les prêts de 25 ans et plus, inexistants il y a 6 ans, se banalisent aujourd\'hui pour représenter 34 % des simulations. En une seule année, leur part s\'est accrue de 23 à 34 %. Dans un contexte de taux faible, et avec des mensualités que les prêteurs ne veulent pas voir excéder 30%, la durée des prêts constitue la variable d\'ajustement. Toutefois, la hausse des taux actuellement en cours (les taux OAT à 10 ans ont dépassé cette semaine 4% et la hausse commence à être répercutée par les banques) va rendre ces prêts moins attractifs en accroissant fortement la part des intérêts. Le risque est une réduction de la capacité des ménages sous le double effet de la réduction des durées et du renchérissement du coût du crédit, à l\'inverse de ce qui s\'est produit depuis quelques années. (<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/200075281.htm\" target=\"_blank\">L\'allongement des prêts principaux tend à s\'accélérer - Les Echos</a>)

0
clics
Il semblerait que le volume de vente de PAP chute sur Nice !!!
posté par Coluche le 26/04/06 - 5 commentaires

Sur PAP on constate qu'il y a eu 60 ventes en janvier, février et mars 2005. Ce qui est amusant c'est que sur la même période mais en 2006 il n'y a eu que 6 ventes conclues de particulier à particulier durant ces trois mois !!! Mais que se passe-t-il !!! La grippe a-t-elle décimé les derniers pigeons !

0
clics
Ralentissement des prix, sous l'effet de la désolvabilisation des ménages
posté par Webmaster  le 25/04/06 - 8 commentaires

Les prix de l\'immobilier en France, en progression de 120 % par rapport à leurs plus bas de 1996, atteignent un seuil critique d\'après Olivier Eluère du Crédit Agricole. Leur progression, qui a diminué tout au long de 2005, devrait continuer à fléchir dans le courant de 2006, avec une hausse prévue de 5 % sur 2006 (pour rappel, la FNAIM table sur 9-10 %). Deux facteurs commencent à peser sur le marché : le risque de hausse des taux, déjà mentionné dans un article précédent de ce site, et l\'arrivée en masse des Robiens, qui commence à déséquilibrer localement les marchés locatifs. Pour autant, la banque verte ne prévoit aucune baisse et ne perçoit pas de situation de bulle sur le marché pour deux raisons : la solvabilité des ménages reste meilleure qu\'en 1991 (les annuités de crédit habitat représentent aujourd\'hui 38 % des revenus d\'un ménage parisien contre 55% à l\'époque) et il n\'y a pas de comportement spéculatif sur le marché (les anticipations des acteurs sont raisonnables sur les loyers, l\'inflation et les revenus et la prime de risque est positive). Au niveau national, la solvabilité s\'effrite également puisqu\'un ménage moyen dépense aujourd\'hui 31 % de son revenu pour un achat immobilier. Le rapport évalue qu\'une hausse des taux de 1 % ferait monter ce ratio à 34 %, avec pour effet de freiner voire baisser les prix dans certaines zones ponctuelles. (<a href=\"http://www.credit-agricole.fr/IMG/pdf/EI060425.pdf\" target=\"_blank\">Note trimestrielle sur l\'immobilier par Olivier Eluère - Crédit Agricole</a>)

0
clics
De l'impact de la stagnation des prix !
posté par Georges le 25/04/06 - 6 commentaires

Le film catastrophe fait echos !

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08