“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
0
clics
Nouveau record : le m2 parisien s'est échangé à 5684 € en Avril 2005
posté par Webmaster  le 10/06/05 - 107 commentaires

A nouveau, l\'indicateur Laforêt - Les Echos déjoue tous les pronostics en s\'affichant pour la première fois au dessus des 5600 € à précisément 5684 € (37 000 F du m2) en moyenne en Avril. Cet indicateur prend en compte les transactions réalisées par le réseau Laforêt dans tous les arrondissements de Paris. Il montre une hausse fulgurante de 7,4 % en un mois et de 12,9 % depuis Janvier et montre, depuis sa création en Janvier 2003, près de 43 % de hausse. Le mois d\'avril a vu des transactions où des biens se sont échangés à plus de 7000 € du m2. Le marché semble encouragé par une baisse des taux qui s\'est poursuivie en ce début d\'année (les meilleurs dossiers sur 15 ans décrochent un taux à 3,4 % en fixe). Pourtant, à la vue du niveau déconnecté des revenus atteint par les prix et de leur progression exponentielle du début 2005, il est tentant de faire le rapprochement avec la progression euphorique des indices boursiers du début 2000, où le Nasdaq avait gagné 20 % en 3 mois (nouveau marché : +75%) , avant la plongée abyssale que l\'on connait. La poursuite d\'une telle progression renforce la probabilité d\'un krach immobilier, qui ne serait pas sans conséquences sur les ménages et l\'économie. (<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/200057481.htm\" target=\"_blank\">Prix du mètre carré à Paris : encore un plus haut - Les Echos</a>)

0
clics
Conjoncture FNAIM mai 2005
posté par CHRAIPLADERNIERCON le 09/06/05 - 2 commentaires

La Fnaim donne sa conjoncture et publie ses chiffres de mai.
On y voit poindre un "atterrissage en douceur" et un affaiblissement net des "taux de croissance". A suivre...

(:o)

0
clics
Historique du marché immobilier à Paris - mise à jour
posté par Webmaster  le 05/06/05 - 26 commentaires

La section du site dédiée à l\'historique du marché immobilier à Paris vient d\'être mise à jour : évolution des prix, des volumes, des prix en fonction des différents paramétres : tous les chiffres sont disponibles sous forme de graphiques mis à jour récemment. Bulle ou pas bulle ? A vous de vous faire un avis à partir de ces données, de votre intuition et de l\'évolution que vous projetez des grandes variables économiques. La page est <a href=\"niveau.php\">consultable ici</a>. Nous sommes toujours à la recherche de données complémentaires : n\'hésitez pas à nous contacter si d\'autres informations vous paraissent intéressantes à partager.

0
clics
logements vides, les photos parlent
posté par Didou le 03/06/05 - 0 commentaire

Marché du locatif en berne ou pas, il y a des images troublantes (voir la légende de la photo. Quel gachis dans un immeuble qui semble fraichement ravalé.

0
clics
Le marché locatif des grands appartements en berne à Paris
posté par Webmaster  le 03/06/05 - 39 commentaires

Les agents immobiliers parisiens, interviewés par le Figaro, sont unanimes : le marché locatif à Paris est en berne, avec une baisse des loyers enclenchée depuis 18 mois sur les grands appartements (> 3 pièces). Sur ce segment, la baisse est évaluée à 20 % environ (de 25 à 20 € par m2 par mois) et fait suite à une période de forte montée des prix entre 2000 et 2003. Il est désormais difficile de louer un bien au dessus de 1000 € CC par mois et les locataires n\'acceptent que les appartements en bon état. Si l\'appartement a été loué en période de prix hauts, les locataires négocient une moindre augmentation de l\'ICC. Les loyers varient selon les quartiers (même carte de répartition que les prix à l\'achat) et selon la surface (petites surfaces plus chères), de 18 à 28 € du m2. Les garanties demandées aux locataires sont restées identiques : ils doivent pouvoir justifier de 3 fois le loyer, ce qui limite le nombre de dossiers solvables, car les plus aisés d\'entre eux ont accédé à la propriété. Les loyers sont vus au mieux stables ou même en baisse dans les prochains mois. L\'article fournit quelques exemples de prix de locations réalisées récemment. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20050602.FIG0298.html?031531\" target=\"_blank\">Locations : les loyers au mieux se stabilisent - Le Figaro immobilier</a>)

0
clics
Les notaires seraient plutôt haussiers !!!
posté par JackP le 31/05/05 - 2 commentaires

Ils prévoient que la hausse va continuer mais conseillent en majorité de vendre !

0
clics
Dossier du nouvel obs sur l'immobilier en Ile de France
posté par Webmaster  le 30/05/05 - 63 commentaires

L\'envolée des prix immobiliers à Paris s\'est poursuivie sur toute l\'année 2004, et a porté le prix moyen à 4550 € du m2 au T4 2004, en hausse de 13,3 % sur un an. L\'envolée est particulièrement nette dans les quartiers de l\'est parisien (11ème, 18ème en hausse de 20 %), qui bénéficiaient d\'un différentiel de prix avec ceux de l\'Ouest, même si l\'écart tend désormais à se réduire. Mais cette envolée commence à montrer ses (tous premiers) signes d\'essoufflement en cé début 2005 et fait grandir l\'inquiétude de quelques agents immobiliers. Si le marché n\'est pas tenu par les professionnels, les propriétaires vendeurs continuent à anticiper une hausse, participant ainsi à une forme de \"spéculation\". Les petites surfaces de 20 à 25 m2 restent particulièrement courrues, car elles constituent un placement qui reste avantageux au regard des loyers pratiqués : celles de l\'est parisien (18ème, 19ème, 20ème), dont certaines continuent à se négocier en dessous de 100 k€, partent en moins de 3 jours. Pour les grandes surfaces en revanche, la demande se tasse, devant l\'effort financier à réaliser par les familles pour obtenir quelques m2 supplémentaires. Le dossier dresse un bilan détaillé par arrondissement, consultable en ligne. (<a href=\"http://obsdeparis.nouvelobs.com/articles/p215_2107/indexdossier.htm\" target=\"_blank\">Dossier spécial immobilier - Mai 2005 - Le Nouvel Observateur</a>)

0
clics
Baissiers : Réjouissez-vous !
posté par CHRAIPALDERNIERCON  le 28/05/05 - 9 commentaires

Le nouvel observateur vient de publier son hors série.

Ca faisait longtemps que l'on avait pas vu cette couleur !

C'est en noir qu'apparaît la première baisse sur un an signée par le quartier des invalides.

Casimir et MJ je sens que vous allez à nouveau pouvoir tenter de désenchanter les baissiers !

(:o)

1
clics
Un studio de...5m2 loué 820 euros à Londres
posté par forfun le 27/05/05 - 3 commentaires

ça va donner des idées à nos politiques français ...

0
clics
Endettement des ménages en hausse
posté par JackP le 25/05/05 - 0 commentaire

Il faut bien que l'argent vienne de quelque part !

0
clics
Plus personne au dessus de 1 M€
posté par JackP le 25/05/05 - 2 commentaires

Les biens chers ne se vendent plus facilement. Ainsi à la vente de la chambre des notaires de Paris le 24 mai ( où pourtant les prix sont en général au dessus du prix du marché ), deux biens à plus de 1 M € n'ont pas trouvé preneurs.
Par contre, un studio de 31 m2 dans Paris 1er a été vendu à 240 K€ ( soit avec 14 % de frais de vente plus de 8800 € le m2).

0
clics
Gilles de Robien veut faciliter les démarches administratives pour la construction
posté par Webmaster  le 23/05/05 - 26 commentaires

Le ministre de l\'Equipement, des Transports et de l\'aménagement du territoire, Gilles de Robien, annonce un projet de simplification des procédures pour faciliter et réduire le délais d\'obtention des permis de construire. Ainsi, le permis serait délivré en deux phases pour mieux coller à la réalité d\'un projet de construction : une première phase sur l\'implantation et une seconde sur les détails architecturaux. La procédure de déclaration de travaux serait également modifiée, pour garantir une réponse dans un délai d\'un mois et un traitement électronique de bout en bout des demandes serait mis en place. L\'objectif d\'entrée en application est pour fin 2006. Ce changement intervient dans un contexte où les constructions, malgré la complexité administrative actuelle, sont dynamiques puisque plus de <a href=\"http://www.batiactu.com/data/26042005/26042005-152128.html\" target=\"_blank\">470 000 autorisations de construction de logements</a> ont été délivrés en 2004, en hausse de 20,7 % sur un an. (<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/actualite/02666.htm\" target=\"_blank\">Gilles de Robien annonce une réforme du permis de construire - Les Echos</a>)

0
clics
Le rapport de Friggit du prix sur revenu atteint son niveau de 1991 à Paris
posté par Webmaster  le 19/05/05 - 50 commentaires

La section statistiques du site de l\'ADEF (Association des études foncières qui réunit chercheurs et professionnels de l\'immobilier) vient d\'être mise à jour avec les dernières données des Notaires sur le 4ème trimestre 2004. Elle comprend en particulier une mise à jour des courbes de Jacques Friggit de représentation historique des prix de l\'immobilier en fonction des revenus des ménages. Partant d\'une base 1 en 1965, ce rapport prix sur revenu avait atteint 1,54 à Paris en 1991. C\'est très exactement le niveau qu\'il vient de retrouver au 4ème trimestre 2004 à Paris. Le même rapport pour la province se monte à 1,44, contre seulement 0,93 en 1991, ce qui montre que les prix très \"hors normes\" sur un plan historique atteints en province. L\'effet des taux bas comparé à 1991 permet de temporiser un peu ces chiffres : ainsi l\'indice de solvabilité calculé en prenant en compte les revenus et les taux d\'intérêt nets d\'inflation montrent une solvabilité à Paris de 0,77 contre 0,67 en 1991 et 1,05 en 1998 (base 1 en 1965). Le seuil de solvabilité atteint en 1991 n\'est pas encore atteint : c\'est probablement ce qui fait penser à certains qu\'il existe encore une marge à la hausse, tout en permettant d\'affirmer que les niveaux atteints sont dès aujourd\'hui très au dessus de leur niveau de long terme, même corrigés des taux d\'intérêt. Enfin, le rapport du montant des transactions immobilières en rapport du PIB a atteint le niveau historique de 12,4 %, dépassant son record de 1990 à 10 % ce qui laisse imaginer que le secteur immobilier a un impact non négligeable sur l\'activité économique française. (<a href=\"http://www.foncier.org/statistiques/accueil_statistiques.htm\" target=\"_blank\">Section statistiques - Site de l\'ADEF</a>)

0
clics
Bulle et PIB vues par les femmes
posté par Didou le 19/05/05 - 4 commentaires

Bien vu en tout cas, avec réalisme et humour en plus !

0
clics
La bulle va encore gonfler !!!
posté par JackP le 19/05/05 - 0 commentaire

Encore de la propagande pour dire que tout va bien et qu'il n'y aura pas de chute mais "unatterissageendouceur".

0
clics
Blog sur la recherche d'un appartement à Paris
posté par Renaud le 19/05/05 - 3 commentaires

Voici notre blog racontant notre recherche d'un 3 pièces sur Paris.

0
clics
Le marché du Marais tiré par les étrangers
posté par Webmaster  le 18/05/05 - 0 commentaire

Avec un prix moyen de 6469 € par m2 au 4ème trimestre 2004, le 4ème arrondissement a pris au 7ème arrondissement la 2ème place du podium dans le palmarès des arrondissements les plus chers de Paris. Le marché se maintient depuis le début de l\'année avec une proportion de primo accédants qui diminue : les clients revendent en général leur bien aussi cher avant d\'acheter dans le marais ou sont des clients étrangers à la recherche de pieds à terre de luxe. Les prix débutent à 4500 € du m2 au Nord du Marais pour des produits moyens à rénover, atteignent en moyenne 6500 € du m2 pour un appartement standard et peuvent aller jusqu\'à 8000-9000 € du m2 pour des biens exceptionnels (et même 12000-13000 € du m2 place des Vosges ou sur les quais de l\'Ile St Louis). Les appartements situés sur les grosses artères (Beaumarchais, Rivoli, ...) sont moins recherchées. Les agents immobilier des 3ème et 4ème arrondissements font remarquer que les biens initialement surévalués ont tendance au final à se vendre moins chers et que les différences de prix importantes de 25 % peuvent exister entre 2 biens dans une même rue en fonction de l\'immeuble. Du fait de l\'écart entre les prix des vendeurs et la capacité des acheteurs, les stocks se reconstituent et sont en hausse de 20 % en 3 mois. Les locations se font à 30 € du m2 pour les petites surfaces et à moins de 25 € du m2 pour les grandes. L\'article fournit des exemples de ventes réelles. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20050518.FIG0345.html\" target=\"_blank\">Le Marais : une proportion importante d\'étrangers - Le Figaro</a>)

0
clics
Moins de mobilité dans les 5ème, 6ème et 7ème arrondissements
posté par Webmaster  le 18/05/05 - 13 commentaires

On observe dans le centre de Paris l\'apparition d\'un marché à plusieurs vitesses. Tout d\'abord, celui des vendeurs qui tentent de vendre \"pour voir\" et valorisent leurs biens 10 à 20 % au dessus du marché : les ventes sont alors très rares. Ensuite celui des ventes atypiques, ou exceptionnelles, dont les ventes se multiplient bien qu\'elles soient rares, et qui tirent la moyenne des prix vers le haut. Enfin, les biens dits \"classiques\" qui eux se raréfient et dont les prix montent. En substance, les biens exceptionnels à des prix élevés ou ceux de bonne qualité au prix du marché se vendent, les autres moins. Le marché devient difficile à évaluer, car les prix peuvent alors varier beaucoup pour des biens situés dans un même quartier : les biens de moins bonne qulité se vendent entre 6000 et 6500 € du m2, les biens classiques entre 7500 et 9000 €, et les biens exceptionnels entre 10 et 15000 € du m2. Les propriétaires en place bougent plus difficilement car le coût d\'un pièce supplémentaire ou d\'une belle maison en banlieue devient prohibitif. Du côté des locations, les prix vont de 22 à 28 € du m2 avec une moyenne à 25 €. L\'article fournit des exemples de ventes réelles. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20050518.FIG0344.html\" target=\"_blank\">Des biens de plus en plus atypiques - Le Figaro</a>)

0
clics
Baisse en marche
posté par Bullissimmo le 18/05/05 - 21 commentaires

Quand c'est parti c'est parti !!!

0
clics
Taux d'interet
posté par azeotrope le 17/05/05 - 2 commentaires

Je repropose cette étude d'évolution des taux : donnez votre avis

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08