“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
0
clics
Royaume-Uni : le prix des appartements neufs chute de 17%
posté par Jack, Agent immobilier à Whitechapel le 13/05/05 - 2 commentaires

Pas de doute, la situation va de mieux en mieux...

0
clics
Evolution taux d'intéret
posté par azeotrope le 13/05/05 - 3 commentaires

Propositions d'évolution des taux d'intéret pour le 21° siècle : Donnez vos commentaires : A priori on est dans le scénario de baisse (rattrapage faible)

0
clics
Le 16ème arrondissement redevient proportionnellement attractif
posté par Webmaster  le 12/05/05 - 43 commentaires

Alors que la hausse se poursuivait à 10 voire 15 % par an dans les autres arrondissements de Paris, le 16ème s\'est apprécié à un rythme moindre ces dernières années. Partant d\'un niveau élevé il y quelques années, la comparaison avec d\'autres arrondissements bascule désormais en sa faveur grâce à la qualité de son parc. Les mutations actuelles concernent principalement des appartements du studio au 4 pièces : les ventes de grands arrondissements sont comparativement moins nombreuses qu\'en 2004. Au sud, les prix démarrent à 4800-5800 € du m2 à la Porte de St Cloud, montent à 5700-6400 € autour du village d\'Auteuil et atteignent 6000 à 6700 € à Passy. Les transactions sont principalement le fait des investisseurs, qui atteignent 70 % des transactions. Ceux-ci investissent dans une logique patrimoniale plus que de rendement. En effet, les loyers de relocations sont plutôt orientés à la baisse : au mieux les appartements sont loués au même prix qu\'un an auparavant, au pire une décôte de 10 à 15 % est pratiquée pour pouvoir relouer dans un contexte où les stocks montent. Les petites surfaces partent entre 25 et 30 € du m2 tandis que les grandes se louent de 18 à 22 € du m2. La fluidité actuelle du marché semble se réduire à l\'achat du fait d\'une hausse des prix qui affecte la solvabilité des ménages. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20050511.FIG0329.html\" target=\"_blank\">XVIe centre et sud : un bon rapport qualité-prix</a>)

0
clics
La population française pourrait atteindre 75 millions d'habitants en 2050
posté par Didou le 12/05/05 - 7 commentaires

Le site féminin culturefemme remet ça en parlant de "De Robien" et de son enthousiasme sur la future population (acheteuse de logements !!!)

1
clics
La France comptera 75 millions d'habitants en 2050
posté par JackP le 12/05/05 - 3 commentaires

Encore un moyen de justifier la pénurie de logements et la hausse des prix !!! Cela a l'air d'être une spécialité de L'INSEE.

0
clics
FNAIM IDF : baisse -19% des promesses de ventes par rapport au 1er semestre 2004 !!
posté par Snoopy le 10/05/05 - 6 commentaires

Ca va de mieux en mieux...

0
clics
Quartier Bastille : l'engouement se poursuit
posté par Webmaster  le 09/05/05 - 46 commentaires

Le quartier Bastille reste toujours très recherché en ce premier semestre 2005, moins par effet de mode comme dans les années 2000 (d\'autres quartiers ont pris le relais, tels Oberkampf ou le canal St Martin), que pour son aspect central, au coeur de Paris. Les volumes se maintiennent, d\'après les agences, mêmes si les ventes concernent plus des biens de qualité, tandis que les biens moyens trouvent plus difficilement preneurs. Les prix ont augmenté de 10 à 20 % depuis un an, avec un ralentissement de la hausse depuis septembre 2004. Ils atteignent les prix des quartiers ouest parisiens entre 5500 et 6500 € du m2 à proximité de la place, et entre 4500 et 6000 € du m2 à l\'Est et au Nord de la place coté 11ème. Dans le 4ème, autour du Boulevard Henri IV et près de la seine, ils se situent même au delà de ces chiffres, entre 6500 et 7500 € du m2. L\'ancien est plus côté que le récent. Les investisseurs sont toujours présents sur le marché, sur des biens entre 100 000 et 130 000 €. Le marché à l\'achat, maintenu actif par la faiblesse des taux, est vu en stabilisation, avec une prime pour les biens de qualité sur les biens moyens. A la location en revanche, le marché poursuit son ralentissement avec la remontée des stocks, environ deux fois plus importants qu\'il y a un an, surtout sur les grands appartements. Les prix à la location s\'établissent en moyenne entre 23 et 25 € du m2 pour les petites surfaces et à 20 € pour les grandes. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20050504.FIG0287.html\" target=\"_blank\">Autour de Bastille : des prix toujours plus hauts - Le Figaro</a>)

0
clics
L'intérêt des gouvernements à la hausse de l'immobilier
posté par Webmaster  le 09/05/05 - 6 commentaires

Les gouvernements américains, anglais ou français, auraient-ils intérêt à maintenir la hausse de l\'immobilier ? C\'est la thèse évoquée par l\'étude d\'Exane-Paribas publiée récemment et reprise dans un article du Monde. En effet, l\'effet de richesse induit par la hausse de l\'immobilier est un puissant catalyseur de la consommation des ménages qui elle-même maintient la croissance économique. Elle profite aux secteurs de la construction et encourage les dépenses de biens d\'équipements en réduisant en parallèle le taux d\'épargne. Mais le risque est d\'arriver à une bulle immobilière. La situation, selon les auteurs de l\'étude, \"n\'est pas tenable\" et provoque des difficultés de logement pour de plus en plus de gens, jusqu\'à peut être mener à un krach. Comment savoir si la bulle est déjà là ? Pour des purs économistes, les lois du marché s\'appliquent : c\'est le marché qui décide du prix, dont pas de risque de surévaluation dans un contexte donné. Pourtant, la BCE croit savoir déceler \"des indices assez parlants\" de hausse \"irrationnelle\", en particulier car les prix dépassent largement l\'espoir d\'une rentabilisation de l\'investissement. (<a href=\"http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-646435@51-646528,0.html\" target=\"_blank\">La hausse des prix de l\'immobilier augmente la richesse et satisfait les gouvernements - Le Monde</a>)

0
clics
Commencement d’éclatement de bulle en France (Culture Femme)
posté par lola le 09/05/05 - 7 commentaires

agreablement surprenant ...
si la presse feminines s'y met ,cela va creer un veritable contre discours efficace et interne aux menages :)

1
clics
L'état ne brade pas son patrimoine immobilier.
posté par JackP le 05/05/05 - 1 commentaire

Autrefois les ventes aux enchères des domaines permettaient de faire des bonnes affaires. Cela a changé. Ainsi le 20/4/05 s'est vendu un 19 m2 à plus de 4200 € le M2 aux Lilas (qui n'est quand même pas la banlieue la plus chic de Paris). Merci aux acheteurs qui participent au désendettement de la France.

1
clics
Maxime
posté par Maxime ( immobulle ) le 04/05/05 - 1 commentaire

je lance un appel à tous pour me donner vos témoignages anonymes sur votre recherche en immobilier
email : immobulle@bourse.fr

0
clics
Les prêts immobiliers n'ont peut être pas atteint leur plus bas
posté par Webmaster  le 03/05/05 - 11 commentaires

Alors que la remontée des taux est prédite par les banques depuis déjà plusieurs mois, celle-ci pour l\'instant tarde à apparaître. S\'il est vrai que les taux avaient atteint 3,5 % sur 15 ans en taux fixe (hors assurance) il y a 2 mois, et qu\'ils ont remonté depuis à 3,65 % (dans les deux cas, ces taux étaient réservés aux meilleurs dossiers), cette tendance est remise en cause par certains experts, qui n\'hésitent pas à prédire une baisse des taux en dessous des planchers déjà atteints il y a deux mois. En effet, les marchés actions restent fragiles et l\'économie de la Zone Euro faiblit, ce qui fait prédire des taux d\'obligations d\'Etat à 10 ans en dessous de 3 % selon Exane, voire sous 2,5 % selon Patrick Artus d\'Ixis, ce qui entraînerait une baisse parallèle des taux d\'emprunt immobilier. Le niveau faible de l\'inflation sous-jacente (hors pétrole) est également à l\'origine du niveau bas des taux. Selon Jean-Pierre Petit, les taux nominaux devraient rester bas pour l\'essentiel des années 2000 dans les pays riches (Europe, Etats Unis, Japon) pour cause de croissance faible dûe au vieillissement de la population, aux déséquilibres financiers, et au coût des matières premières. Cette situation a été et restera favorable à un marché de l\'immobilier en plein boom. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/votreargent/20050430.FIG0514.html\" target=\"_blank\">Les taux obligataires ne cessent de baisser - Le Figaro</a>)

0
clics
Hausse de prix des logements: la France dans le peloton de tête
posté par jim23 le 03/05/05 - 2 commentaires

Les prix européens n'ont pas évolué de manière uniforme l'an dernier.

0
clics
Une proposition de loi contre la vente à la découpe
posté par JackP le 03/05/05 - 2 commentaires

Même si cette loi a pour but de protéger les locataires et d'empêcher la spéculation, ne va t-on pas au contraire accentuer la pénurie sur le marché ?

0
clics
La bulle à Shanghai
posté par jim23 le 03/05/05 - 2 commentaires

0
clics
Les économistes dénoncent la bulle immobilière en France
posté par Webmaster  le 03/05/05 - 25 commentaires

Le terme de bulle fait son apparition dans nombre de rapports d\'économistes en ce début d\'année 2005 : après Marc Touati de Natexis-Banque populaire (voir <a href=\"reagir.php?article=264&actu=1\" target=\"_blank\">article</a>), c\'est au tour de Jean-Pierre Petit et Emmanuel Ferry de Exane-BNP Paribas de soulever les risques liés au gonflement actuel des prix. Selon eux, le terme de bulle est souvent prohibé, notamment par les pouvoirs publics, pour éviter d\'effrayer, mais également car \"l\'objectif principal des pouvoirs publics est souvent d\'entretenir cette bulle\" par la politique fiscale ou monétaire. La bulle en France serait \"voulue\" pour des raisons économiques, en compensation de la chute de la bourse en 2000-2002 et pour favoriser la consommation des ménages en biens d\'équipement, pendant une période de ralentissement. Pour Exane, le risque de krach (vs un ralentissement progressif) reste limité dans les prochains 18 mois (risque de 20 %) mais que la situation actuelle n\'est pas soutenable à terme : si la hausse devait se poursuivre au rythme actuel de 15 % par an, le risque de krach s\'éleverait à 70 % à l\'horizon 2007. Pour rappel, les prix ont augmenté en 7 ans de 100 % contre 25 % pour le PIB. (<a href=\"http://www.guideducredit.com/HTMdivers/infos/75.htm\" target=\"_blank\">Bulle immobilière : des économistes ne l\'excluent plus - Guide du Crédit</a>)

0
clics
France: les taux des crédits immobiliers devraient encore baisser
posté par 360manu  le 01/05/05 - 12 commentaires

Un apercu de l'offre de financement dans les temps prochains

0
clics
Petits signes de freinage selon le Crédit Agricole
posté par Webmaster  le 27/04/05 - 126 commentaires

Dans son bulletin trimestriel publié le 25 avril, le Crédit Agricole fait état de \"petits signes de freinage\" sur le marché immobilier résidentiel : légère baisse des ventes et début de ralentissement de la hausse des prix sont constatés en France en ce début 2005. D\'après la banque, plusieurs signes montrent que le haut de cycle est proche : solvabilité dégradée des ménages (encore plus fortement en province qu\'à Paris), taux de rendement locatif au plus bas (4,2 % brut à Paris), part des primo-accédants (60 % contre 75 % en 1998) réduite. Pourtant, le scénario de la bulle spéculative est écarté et le marché ne devrait pas connaître de krach à Paris comme en 1991 (voir <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_05.pdf\" target=\"_blank\">comparaison</a>). En effet, alors qu\'en 1991, le financement d\'un logement demandait aux parisiens d\'y consacrer 55% de leur revenu, il leur faut aujourd\'hui consacrer 38% de leur revenu pour acquérir leur logement et la prime de risque reste positive. D\'un point de vue du financement, le taux moyen TEG était à 5 % en 2004 pour une durée moyenne de 17 ans avec une part de crédit longue durée (20-25 ans) qui devient importante. Le taux d\'endettement des ménages, bien que faible en comparaison des autres pays européens, atteint 60 % de leurs revenus en 2004 contre 50 % en 1998. Cette hausse ne donne pas lieu pour le moment à plus de créances douteuses ou litigieuses puisque leur taux est au plus bas (4%). Le scénario qui a les préférences de la banque est donc celui d\'un atterrissage en douceur au delà de 2005 où les prix se stabiliseraient voire baisseraient légèrement, sauf dans le cas d\'un très forte remontée des taux. (<a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_00.pdf\" target=\"_blank\">Synthèse Kiosque immobilier Crédit Agricole</a>, <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_01.pdf\" target=\"_blank\">logement ancien</a>, <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_02.pdf\" target=\"_blank\">logement neuf</a>, <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_03.pdf\" target=\"_blank\">marché locatif</a>, <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_04.pdf\" target=\"_blank\">financement du logement</a>, <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_06.pdf\" target=\"_blank\">perspectives</a>, <a href=\"http://www.credit-agricole.fr/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/files/immo050425_07.pdf\" target=\"_blank\">bureaux</a>)

0
clics
2nd article du Figaro sur "l'accalmie" du marché immobilier
posté par Immo-ssel  le 26/04/05 - 9 commentaires

ça continue au Figaro...!

0
clics
Comparaison internationale : Paris en tête de la zone euro pour les prix au m2
posté par Webmaster  le 25/04/05 - 12 commentaires

D\'après le Conseil européen des professions immobilières, Paris arrive en tête des capitales les plus chères d\'Europe en terme d\'immobilier, avec plus de 5000 € par m2 pour un appartement. Elle est suivie de Madrid à (4500 €/m2), Stockholm (3700 €/m2), Luxembourg (3500 €/m2) et Dublin (3050 €/m2). Les autres capitales de la zone euro ont des prix moyens entre 1500 et 2000 € du m2. Dans ce paysage, l\'Allemagne et l\'Autriche n\'apparaissent pas, et les prix de leurs capitales s\'affichent même en baisse respectives de 2,4 et 2,2 % en 2004. Concernant les maisons, et hors Paris (non significatif), Rome et Madrid sont les villes où les maisons sont les plus chères à plus de 4000 € du m2. Les loyers suivent à peu près la même hiérarchie que les prix à l\'achat, avec 18 € du m2 pour Paris, 17 € du m2 pour Madrid et 16,5 € du m2 pour Rome. Amsterdam, qui n\'apparaît pas dans le palmarés à l\'achat, affiche comme Paris des loyers à 18 € du m2. Les autres capitales sont entre 10 et 15 € du m2. (NDLR : A noter pour relativiser la comparaison : les villes ont souvent des superficies très variables et il est par conséquent difficiles de comparer les prix au m2 puisqu\'il dépend de la zone de référence utilisée). (<a href=\"http://www.cepi.be/pdf/cepiRA2004.pdf\" target=\"_blank\">Rapport du Conseil européen des professions immobilières</a>)

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08