“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
0
clics
Location vs Accession : le débat est relancé par le niveau bas du rendement locatif
posté par Webmaster  le 08/03/05 - 120 commentaires

La volonté d\'accéder à la propriété est toujours aussi forte parmi les jeunes générations or, malgré la poussée de fièvre sur les loyers, la question de louer plutôt que d\'acheter revient au devant de la scène. Au delà des arguments socio- et psychologiques (avoir son chez soi, aménager un appartement à son gout ...), un calcul purement rationnel montre parfois que l\'avantage est du côté du locataire plus que du propriétaire. C\'est ce que souligne François de Witt dans un article pour Radio France (voir lien ci-dessous). En effet, alors que les prix pratiqués à Paris atteignent 5000 € du m2, les loyers eux n\'ont pas suivi la hausse fulgurante des prix et se situent à moins de 20 € HC ce qui donne un rendement locatif de moins de 4,8% brut. Ce taux est seulement légèrement plus élevé que le taux TEG d\'un prêt à 20 ans (4,3 %), sans compter les frais engagés par le futur propriétaire. Dans un contexte où la poursuite de la hausse des prix apparaît de plus en plus incertaine, le coût d\'attendre \"pour voir\" pendant un an apparaît donc faible puisque le loyer payé la première année (240 €) équivaut aux intérêts versés (200 €) à la banque la première année si les prix se stabilisent. Si une baisse devait se produire, le locataire prendrait même l\'avantage sur le propriétaire. A chacun son calcul suivant le rendement locatif de la zone d\'achat, l\'apport personnel et l\'anticipation qu\'il fait de la hausse des prix actuelle. (<a href=\"http://www.radiofrance.fr/chaines/france-info/chroniques/argent/index.php?p=2\" target=\"_blank\">Redevenez locataire! - Radio France</a>)

0
clics
Krach écarté pour 2005
posté par bichette le 08/03/05 - 0 commentaire

0
clics
Candide à la banque.
posté par forfun le 08/03/05 - 1 commentaire

Un internaute bien inspiré à posté cet article sur le forum de Boursorama.
C'est long mais c'est bien écrit et cela synthétise bien le contexte actuel.

0
clics
La RICS (Royal Institution of Chartered Surveyors) prévoit un atterrissage en douceur des prix en Europe en 2005.
posté par forfun le 07/03/05 - 0 commentaire

Ce cabinet d'experts britannique argue que la reprise économique soutient la demande et que les déçus de la bulle boursière de 2000 se reporteraient toujours vers la pierre.
La BCE ne le voit pas du même oeil et envisage la remontée des taux ce qui permettrait un atterrissage en douceur et surtout éviterait une crise.
En bref, que ce soit en France ou ailleurs, on entend encore et toujours le même son de cloche ...

0
clics
Statu quo dans le 16e arrondissement (suite)
posté par gabriel  le 04/03/05 - 0 commentaire

0
clics
Statu quo dans le 16e arrondissement
posté par gabriel  le 04/03/05 - 0 commentaire

Deux articles viennent de paraître coup sur coup sur Lefigaro.fr et Lesechos.fr au sujet du 16e arrondissement : rien de nouveau sous... la neige.

0
clics
L'état d'esprit actuel des proprios ...
posté par forfun le 03/03/05 - 2 commentaires

Je n'ai pas pu résister à reprendre ce lien trouvé sur le forum des Echos.
Comme quoi il y en a qui ne doutent de rien.

Voici un Monsieur qui ne se déplacera pas que pour 60000 euros.

Quand je pense que certains commerciaux se déplaceront pour venir vous vendre un aspirateur à 60 euros.
En plus, l'aspirateur, vous pourrez l'essayer.

Comment en est-on arrivé là, je me le demande ?

-----------

03/03/2005 - Studio 15 m2 - 75011 paris - 60 000 €

EXCLUSIVITé
Je le vens sans le montrer!
vous pouvez aller voir l'immeuble mais je me deplace pas.
Rue St MAUR a Paris.
Vendu vide! qq travaux de raffraichissements - fenetre a remetre en etat.
3 eme etage (sans ascenceur)
estimation loyer 500 euro

0
clics
Signaux de baisse sur les quartiers chics et chers
posté par Webmaster  le 02/03/05 - 62 commentaires

L\'information est presque passée inaperçue dans le dernier rapport des Notaires (T3 2004) et pourtant les chiffres ne laissent aucun doute, d\'autant qu\'ils sont calculés chaque trimestre sur une période annuelle glissante : les prix ont baissé dans les 5ème, 7ème, 8ème et 16ème arrondissements. Or cette baisse est désormais visible dans les prix demandés par les acquéreurs, qui s\'adaptent progressivement aux nouvelles conditions du marché. Les baisses, de ce point de vue, sont spectaculaires puisque la consultation des prix demandés sur le site du magazine de Particulier à Particulier donne les résultats suivants sur 3 mois : 1er arrondissement (-6%), 4ème (-5%), 5ème (-6%), 6ème (-10%), 7ème (-10%), 8ème (-3%), 16ème (-1%), or la liste précédente constitue sans exception le palmarès des arrondissements les plus chers de Paris, tous au dessus de 5700 € du m2. Les arrondissements les moins chers, en dessous de 5000, voire de 4000 € du m2, continuent à monter fortement : 9ème (+2%), 10ème (+2%), 11ème (+2%), 12ème (+3%), 13ème (+2%), 19ème (+3%), 20ème (+2%) tandis que les autres stagnent. Retournement saisonnier ou vrai tendance de long terme : les prochains mois en décideront. (<a href=\"http://www.pap.fr/Eval/cote.asp\" target=\"_blank\">Prix au m2 - Particulier à Particulier</a>)

0
clics
Baisse des prix
posté par 360manu  le 02/03/05 - 9 commentaires

Aller sur Evaluation du prix au m²
Choisir vente/Appartememnt
Departement 75
Ville 05

(C'est le 5eme arrondissement)

0
clics
France: ventes de logements neufs dopées en 2004 par le dispositif de Robien
posté par gandalf_barbones le 01/03/05 - 4 commentaires

Mais non, mais non, l'augmentation actuelle des prix n'est pas spéculative... "nous ne sommes pas dans une bulle" qu'ils disaient

0
clics
La vie financiere
posté par Casimir  le 01/03/05 - 3 commentaires

Un commentaire qui resume la situation

0
clics
Les biens à leur prix se vendent rapidement
posté par Vincent  le 27/02/05 - 2 commentaires

Acheteurs plus exigents, prix stabilisés depuis la rentrée et ralentissement sur les grandes surfaces. Les locations trouvent plus difficilement preneur (en moyenne il faut 1 mois et demi pour louer !). Toujours la même soupe des agents immo ...

0
clics
Demande soutenue et prix à la hausse dans le 13ème et 14ème arrondissements
posté par Webmaster  le 27/02/05 - 6 commentaires

Le marché tient bon : tel semble être le constat des agents immobiliers dans le 13ème et 14ème arrondissements. Les prix poursuivent leur hausse (plus de 10 % sur un an) et les acheteurs se battent toujours pour acquérir les biens immobiliers qui sont \"à leur prix\". Le début d\'année semble même voir revenir des acheteurs réduisant leurs prétentions en terme de surface au profit d\'un meilleur quartier. Le quartier Montparnasse est toujours le plus cher dans le 14ème, avec des prix entre 5500 et 7400 € du m2. Par exemple, boulevard Edgar Quinet, un studio de 25 m2 avec parking, est parti à 254 k€ et un 2 pièces de 42 m2 avec parking 302 k€. Les prix autour de la mairie du 14ème sont sensiblement les mêmes, avec des appartements familiaux entre 6300 et 6700 € du m2. Le Sud du 14ème est moins cher avec des prix entre 4800 à 5500 € du m2. Le 13ème n\'est pas à la traine, avec des prix dans le Nord qui se rapprochent de ceux du 5ème : il faut ainsi compter jusqu\'à 6600 € du m2 près du Jardin des Plantes, 5500 € du m2 près des squares Arago, Port Royal et Grangé, très recherchés et 5000 € du m2 sur le Boulevard de l\'Hopital. Plus bas, dans la butte aux Cailles, les biens s\'échangent entre 4500 et 5500 € du m2 tandis qu\'autour de l\'avenue de Tolbiac, il faut compter entre 4500 et 5000 € par m2. Du côté des locations, le marché se ralentit et le délai pour trouver un locataire est désormais de un voire deux mois. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20050222.FIG0341.html\" target=\"_blank\">XIIIe et XIVe arrondissements : une offre toujours réduite - Le Figaro</a>)

0
clics
Indicateur Laforêt - Les Echos : 5035 € du m2 en Janvier
posté par Webmaster  le 27/02/05 - 9 commentaires

Depuis bientôt 6 mois, les prix ne bougent plus beaucoup à Paris : selon l\'indicateur Les Echos - Laforêt, les prix de vente se sont établis en moyenne à 5035 € du m2 contre 4847 € du m2 en décembre, mais des niveaux similaires à celui de Janvier avaient déjà été relevés en Juillet (5069 €) et en Septembre (5075 € du m2). L\'indicateur étant construit sur un échantillon de données faible, les différences observées sur les derniers mois sont peu significatives et montrent globalement une stabilisation. Gilbert Chouchana indique que Janvier a été un mois plutôt actif, les acheteurs ayant fait des compromis pour accéder au marché malgré le niveau de prix, à condition que les vendeurs ne soient pas exagérément gourmands. 5000 € du m2, nouvelle norme du marché parisien ? A condition qu\'une hausse des taux ne viennent pas casser cette belle mécanique. (<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/articles/4227787.htm\" target=\"_blank\">La barre des 5.000 euros le m2 à nouveau franchie à Paris - Les Echos</a>)

0
clics
Quand l'histoire s'apprête à bégayer...
posté par nausicaa le 25/02/05 - 1 commentaire

Sur la bulle immobilière, biensûr.

Cela commence ainsi : "Quand l'histoire s'apprête à bégayer

A la veille du dernier krach immobilier, en 1990, que disait-on ?"

0
clics
La maison à 100 000 € dans la Seine et Marne
posté par Vincent  le 25/02/05 - 5 commentaires

Une invention de notre cher Borloo, pour loger les familles modestes (moins de 31000 € par an pour un couple avec deux enfants).

0
clics
Même les agents immobiliers s'inquiètent
posté par bichette le 23/02/05 - 2 commentaires

0
clics
Le terme de bulle fait son come-back
posté par Webmaster  le 22/02/05 - 68 commentaires

Pascal Blanque, chef économiste au Crédit Agricole, met en garde contre la bulle immobilière, la bulle ne se pouvant être reconnue selon lui que lorsqu\'elle a éclaté. Or la situation devient préocuppante, 15 ans après la bulle de 1991. Côté immobilier de bureau, la situation semble se stabiliser, après 4 années de contractation, et le rendement se maintient à 2,5 % au dessus de l\'OAT (ce qui n\'est pas si mal) tandis que les stocks ne sont pas excessifs. Pour l\'immobilier résidentiel en revanche, la situation est embarassante partout dans le monde (sauf Japon et Allemagne), du fait des politiques monétaires accommodantes. Si les prix devaient poursuivre sur leur lancée, le niveau de solvabilité des ménages atteindrait des planchers inconnus jusqu\'alors d\'ici 6 à 12 mois et rendrait le marché très fragile. Les primo-accédants se rarifient, le rendement locatif atteint celui de l\'OAT, la hausse solvabilise la demande des achats-revente et tire les crédits. Pourtant, la loi économique s\'applique toujours et l\'immobilier ne peut durablement progresser 5 fois plus vite que le revenu des ménages. Malgré tout, quelques signes apaisants existent toujours : stocks et demande spéculative faible, taux d\'intérêt minimaux, allongement de la durée des prêts et environnement économique (croissance et chomage) plus positif. Les facteurs sociétaux plus structurels semblent aussi à l\'oeuvre pour encourager la hausse : familles monoparentales, flux migratoires, peur pour la retraite ... Pourtant les crises ont un malin plaisir à réapparaître là où on ne les attends pas . Reste à bien gérer la période 2005-2006 : après avoir aidé les ménages pour aider les entreprises à passer la crise boursière, reste désormais aux entreprises à aider les ménages à éviter une crise immobilière, pour sortir par le haut de la crise de 2000. (Le Figaro - 21/02/2005)

0
clics
On ne voulait pas de mensualités trop lourdes - Les emprunteurs parisiens (Le parisien)
posté par Vincent  le 21/02/05 - 5 commentaires

Parfait ce petit couple, qui juge que c'est avantageux d'acheter son logement, car les mensualités sur 25 ans ne dépassent pas un loyer ... A croire que les bonnes calculettes ne soient pas sur meilleurtaux.com (à quand des calculettes sur le site de l'INSEE ??). Et puis 4700 € du m2 dans le 20ème, c'est une affaire !

0
clics
Emprunter pour acheter, c'est le bon moment (Le Parisien)
posté par Vincent  le 21/02/05 - 0 commentaire

Le parisien semble encourager à l'achat ... a croire que la hausse est encore possible en 2005. Pourquoi pas un petit 20 % ! La 2ème partie de l'article parle pourtant de risque de krach ...

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08