“L'immobilier géolocalisé efficace”

Partagez vos actus et faites réagir les internautes !

Titre :
URL :     Charte pour les actualités (?) L'actualité proposée doit faire référence à un lien valide. Les conditions :
  • le lien doit être spécifique (c'est à dire pointer directement vers l'actualité et non pas vers la page d'accueil du site d'information ou un autre site relayant l'information)
  • l'actualité doit être en lien avec l'immobilier (et par extension avec l'économie)
  • les liens publicitaires sont interdits
Votre commentaire :
Votre pseudo :  (Si vous disposez d'un pseudo enregistré, veuillez vous identifier ci-dessous)

Membre authentifié Pour enregistrer votre pseudo, créez votre compte Rue de l'immobilier.

Si vous possédez un compte Membre authentifié, veuillez vous identifier ci-dessous :
     Mot de passe oublié ?

Toutes les actualités de Rue de l'immobilier    Flux RSS Rue de l'immobilier

Voir les statistiques de participation des membres enregistrés sur Rue de l'immobilier

Month Picker v2
0
clics
Coup de froid sur les intentions d'investissement dans l'immobilier
posté par Webmaster  le 11/05/04 - 4 commentaires

47 % des sondés considèrent que les prix sont \"très élevés\" et 32 % les jugent même \"inaccessibles\" : c\'est le résultat de l\'enquête Meunier Habitat menée par BVA en Ile de France en Avril 2004. Ces avis se traduisent mécaniquement en terme d\'intentions d\'achat : les intentions d\'achat à deux ans diminuent de 14 % en octobre 2003 à 13 % des sondés en Avril 2004. Cette baisse est à mettre sur le compte des investisseurs, qui passent de 11 % à 3 % des acheteurs potentiels. Les candidats à l\'achat sont en outre moins pressés : les achats à court terme (moins de trois mois) ne représentent plus que 3 % des candidats en avril contre 7 % en octobre 2003. La pénurie de terrain continue pourtant à pousser les prix à la hausse : Meunier a ainsi augmenté ses prix de vente de 3,5 % en moyenne depuis le début de l\'année et la diminution des stocks se poursuit, signe paradoxal que la demande est toujours présente et qu\'une partie des français a les moyens d\'acheter. Meunier signale d\'ailleurs que le montant de l\'apport a tendance à augmenter pour l\'achat de résidences principales. (\"L\'investissement locatif menacé par la hausse des prix\" - La Tribune)

0
clics
De moins en moins de prétendants à la prise de la Bastille
posté par Webmaster  le 06/05/04 - 39 commentaires

Haut lieu de la nuit nocturne côté 11ème mais aussi appréciée pour ses petites rues typiques du Marais des 3ème et 4ème arrondissements, Bastille est un quartier qui reste très prisé par les parisiens et donc pas les acheteurs. Les prix ont suivi la courbe ascendant parisienne et se situent entre 4500 et 5500 € du m2 coté 11ème et 12ème. Depuis le dernier trismestre 2003, les transactions ralentissent et la demande et l\'offre s\'équilibrent, ce qui permet aux agences de disposer de portefeuilles de biens plus étoffés retrouvant un niveau qu\'ils n\'avaient plus connu depuis un 2 ans. Ce ralentissement a une incidence sur les prix qui stagnent depuis le début de l\'année. De même, les locations ne sont plus en pénurie, même si les niveaux de loyers sont élevés. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20040504.FIG0329.html\" target=\"blank\">Autour de Bastille : un secteur toujours recherché - Le Figaro</a>)

0
clics
L'immobilier et la hausse des taux : quels résultats ?
posté par Webmaster  le 05/05/04 - 12 commentaires

C\'est la question à laquelle s\'attache la BNP Paribas au travers de son analyse trimestrielle du marché immobilier français et parisien. La banque livre ici une analyse très complète, étayée aussi bien par des arguments historiques sur l\'évolution comparée des revenus et des prix de la pierre, une recherche des cycles volumes-prix à Paris, une l\'analyse de l\'influence des taux d\'intérêt et l\'impact de la démographie sur la demande. Le rapport s\'appuie en partie sur des chiffres issus du livre de Jacques Friggit \"Prix des logements, produits financiers immobiliers et gestion des risques\" (Editions Economica). La conclusion sur les taux est la suivante : les prix sont certes élevés par rapport à leur moyenne de long terme, mais la situation est permise par des fondamentaux très positifs. \"Finalement, seul un prolongement durable des hésitations de la croissance européenne laisserait entrevoir un ajustement à la baisse des prix, dont l’ampleur serait, en toute hypothèse, limitée par la bonne orientation des fondamentaux.\"(<a href=\"http://economic-research.bnpparibas.com/applis/www/RechEco.nsf/ConjonctureBySectorFR/D9670FA708A708D5C1256E5A0031C7FB/$File/C0403_F1.pdf?OpenElement\" target=\"blank\">Rapport BNP-Paribas sur la conjoncture immobilière</a>)

0
clics
Les prix grimpent toujours dans les quartiers chics
posté par Webmaster  le 29/04/04 - 26 commentaires

Passy 16ème, 100 m2, très joliment décoré, 6300 € du m2. Les prix continuent leur ascension dans les 16ème et 7ème arrondissements mais cette hausse se fait désormais en contrepartie d\'un allongement des délais de vente. Bien que les prix élevés poussent les propriétaires à prendre leur plus-value, l\'offre reste encore trop rare pour les beaux appartements aux prix du marché, ce qui continue à créer une pression sur les acheteurs. Les investisseurs sont rares dans les beaux quartiers où le rendement seul ne peut les attirer et la vacance, comme les multiples panneaux \"à louer\" en témoignent, commence à réapparaître sous l\'effet de loyers élevés qui poussent les locataires à la périphérie. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20040427.FIG0381.html\" target=\"blank\">Interview par le Figaro de la directrice de Breteuil immobilier</a>)

0
clics
Les prix en Ile de France ne menacent pas encore l'attractivité
posté par Webmaster  le 27/04/04 - 16 commentaires

70 % de hausse des prix depuis 6 ans constate la chambre de commerce et d\'industrie de Paris et un marché un profil des acquéreurs qui se modifie profondément. Si en 1996, seules 3 années de salaires suffisaient pour se loger en Ile de France, il faut désormais compter sur 4 années, malgré les taux très bas et une hausse des revenus moyens des acquéreurs de 12 % depuis 1996. Le poids des CSP+ augmente dans les ventes aussi bien en petite couronne, passés de 59 à 64 % des ventes, qu\'à Paris où les cadres constituent 82 % des acheteurs. Le taux d\'apport baisse également avec la montée des prix puisqu\'il est passé de 38,5 % en 1996 à 26 % à fin 2001 (le mouvement s\'est amplifié depuis). Le rapport constate aussi la montée en puissance des investissements locatifs à Paris, qui représentent 23,7 % des achats. L\'excès de la demande sur l\'offre s\'explique, d\'après la chambre, par un niveau de construction faible et un nombre de ménages qui augmente plus vite que la population du fait du vieillissement et des familles monoparentales (malgré le flux migratoire négatif). (<a href=\"http://www4.ccip.fr/crocis/pdf/enjeux66.pdf\" target=\"blank\">\"Le marché immobilier francilien : le risque de la hausse des prix\" - Chambre de commerce et d\'industrie</a>).

0
clics
Les loyers poursuivent leur flambée
posté par Webmaster  le 23/04/04 - 2 commentaires

L\'indicateur des Echos paru aujourd\'hui indique que les loyers à la relocation ont pris 10,6 % par rapport au même mois de l\'an dernier. L\'indicateur, bien que basé sur un nombre limité de chiffres (22 locations pour Mars 2004) traduit quand même une tendance toujours nette à la ré-évaluation forte des loyers. La tendance est néanmoins très différente d\'un quartier à l\'autre, les quartiers dits populaires, tels que le 20ème, connaissant des hausses très importantes pour revenir à des niveaux de prix plus proches de la moyenne du marché parisien, alors que la hausse des autres quartiers se tarit. (<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/articles/4096494.htm\" target=\"blank\">Loyers parisiens : retour à une hausse à deux chiffres - Les Echos</a>)

0
clics
Les bobos font monter les prix
posté par S Guinaudeau le 23/04/04 - 6 commentaires

Les bobos (bourgeois-bohèmes), qui investissaient au départ les quartiers centraux de Paris, se sont intéressés depuis à de nouveaux quartiers dont la côte a bien sûr suivi les moyens de cette clientèle de jeunes cadres branchés. Bastille, République ou Rue des Martyrs sont désormais leurs lieux de prédilection, bien que les logements de ces quartiers ne soient pas toujours pourvus du confort le plus moderne : dans le 11ème, 80 % des immeubles ne comportent pas d\'ascenceur ... Les prix de ces quartiers atteignent des sommets, avec des ventes autour de 5400 € dans le 3ème près de République, 6700 € dans le 4ème autour de bastille. Le 9ème est un peu moins cher, autour de 5200 € du m2 et la rue branchée d\'Oberkampf se vend autour de 4500 € du m2. Des exemples de ventes réelles sont listées dans l\'article des Echos.(<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/articles/4097423.htm\" target=\"blank\">La nouvelle carte du Paris bobo - Les Echos</a>)

0
clics
Quartier Montorgueil : un micro-marché prisé entre 5300 et 6000 € du m2
posté par Webmaster  le 21/04/04 - 40 commentaires

\"La demande est présente mais plus anxieuse\" indique Thibault de Ponnat (La boutique de l\'immobilier) : c\'est en résumé la situation du marché autour du quartier piéton du centre de Paris et du Palais Royal. Les transactions continuent à se réaliser à des prix élevés (de 6100 € à 8000 € pour le Palais Royal, de 5300 à 6000 € pour le quartier Montorgueil et autour de 3800 € dans le sentier) mais les agences craignent désormais que les vendeurs n\'anticipent trop la hausse des prix ce qui gripperait le marché. \"Seule la faiblesse des taux maintient la fluidité du marché\". Le marché de la location, surtout des meublés, s\'est beaucoup détendu et les prix de location stagnent ou baissent pour s\'établir entre 23 et 25 € du m2. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20040420.FIG0295.html\" target=\"blank\">\"Quartier Montorgueil :
un micro-marché très demandé\" - Article du Figaro Immobilier</a>)

0
clics
Prévisions du Crédit Agricole pour 2004 : tassement des ventes, progression modérée des prix
posté par Webmaster  le 20/04/04 - 0 commentaire

Le Crédit Agricole publie chaque trimestre son observatoire du marché de l\'immobilier résidentiel et de bureau : les perspectives 2004 restent correctes, malgré la hausse attendue des taux d\'emprunt (0,8 %) et la baisse de l\'indice de solvabilité. Pas de scénario catastrophe donc. Les sommes empruntées par les ménages français ont continué à progresser en 2003 (+9,9 %) tout comme leur revenu (+1,2 % hors inflation). Les revenus devraient continuer à progresser de 1,6 % au dessus de l\'inflation en 2004. (<a href=\"http://www.credit-agricole.fr/ca/kiosque-eco/immobilier-conjoncture/-font-color---ffffff--04-04-04--font-/Immo042004.pdf\" target=\"blank\">Dossier Immobilier conjoncture - Crédit Agricole - Avril 2004</a>)

0
clics
60 000 € annuels : c'est le revenu moyen d'un ménage qui achète à Paris
posté par Webmaster  le 20/04/04 - 0 commentaire

Le Figaro publie quelques chiffres très intéressants qui aident à dresser un portrait de l\'acheteur parisien moyen : un ménage gagnant environ 60 000 € par an (contre respectivement 42 500 € par an en France et 52 500 € en Ile de France) et consacrant 27 % de ses revenus au remboursement de son crédit immobilier. Seules 60 % des transactions donnent lieu à un crédit à Paris soit un chiffre très largement inférieur à la moyenne française. L\'achat d\'un appartement moyen représente 4 années de salaire en région parisienne contre 3,7 dans les autres villes. Concernant l\'évolution du marché à Paris, malgré des revenus élevés, les offres solvables se font moins nombreuses avec 2 à 3 offres pour chaque bien, contre 5 ou 6 offres il y a un an et les ménages ont proportionnellement plus recours au crédit (apports personnels en baisse) et sur des durées plus longues. \"Nous avons aujourd\'hui deux certitudes : les prix sont montés trop haut, ils ne peuvent pas aller beaucoup plus loin.\" indique Michel Mouillard, Maître de Conférences, Université Paris X-Nanterre (Economie). Le marché est désormais fragile et d\'une sensibilité très forte au niveau des taux d\'intérêt. Même si la situation n\'est pas aussi noire qu\'en 1993-1994, les prix baisseront si les taux d\'intérêt montent, mais \"pas de krach à l\'horizon dans la capitale\". (Figaro Magazine Spécial Placements du 17 avril).

0
clics
Faites découvrir Rue de l'immobilier
posté par Webmaster  le 19/04/04 - 2 commentaires

<b><FONT COLOR=\"Green\">Si vous appréciez ce site, vous pouvez maintenant, en quelques secondes, le faire découvrir à vos amis ou collègues en utilisant la nouvelle fonction du menu de droite. Merci de votre fidélité !</font></b>

0
clics
Grande prudence dans le spécial immobilier de la Vie Financière
posté par Webmaster  le 17/04/04 - 6 commentaires

La Vie Financière propose cette semaine un \"spécial immobilier\" qui détaille l\'évolution du marché à Paris, Banlieue et Région parisienne\". Après une introduction aux positions prudentes, le magazine livre une analyse par groupe d\'arrondissements pour Paris et par départements pour la banlieue parisienne. Le dossier n\'est pas disponible en ligne pour le moment.

0
clics
Stabilisation au plus haut en Mars 2004 avec 4562 € par m2 à Paris
posté par Webmaster  le 17/04/04 - 11 commentaires

Les Echos-Laforêt publient leur indice des prix immobiliers parisiens à Paris : il s\'établit en Mars à son plus haut historique depuis la création de l\'indice à 4562 € du m2 soit 15,2 % au dessus de son niveau de 2003. La hausse sur un mois n\'est pas significative (4539 € par m2 en Février). L\'évolution des prix ne traduit pas forcément le sentiment des agences : Jean-Pierre Maingault, président de la région Paris du réseau Laforêt, commence à craindre un blocage du marché et commmence à conseiller aux vendeurs de ne plus fixer des prix 5 ou 10 % au dessus d\'une estimation, sous prétexte que les prix continueraient à monter sur leur lancée. Il prédit quand même une stabilisation des prix à un niveau élevé. (<a href=\"http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/articles/4094543.htm\" target=\"blank\">Article des Echos : \"les vendeurs ne font plus la loi\"</a>)

0
clics
7ème arrondissement : toujours plus cher et des volumes en hausse
posté par Webmaster  le 14/04/04 - 8 commentaires

Le 7ème arrondissement poursuit son ascension au 1er trimestre 2004 d\'après les agences immobilières avec des prix compris entre 6400 et 7000 € du mètre carré en hausse de 7 à 8 % sur les valeurs observées au 1er trimestre 2003. L\'offre et la demande se rééquilibrent avec des acheteurs moins enclins aux coups de coeur et plus sensibles aux prix. Les prix des petites surfaces a rejoint celui des grandes. Les très grandes surfaces montrent même une légère décôte par rapport au prix moyen. Les acheteurs étrangers se font plus rares, à 8,1% des achats en 2003 contre 13,6 % en 2002 et les prix des relocations sont à la baisse par rapport aux sommets atteints en 2003 en se stabilisant à 23-30€ par m2. Ce rééquilibrage des prix à la location, dû au fait que la demande solvable a désormais franchi le cap de l\'acquisition, pousse certains propriétaires à vendre leur appartement. Les agences estiment que les prix devraient se stabiliser voire légèrement corriger en 2004. (<a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20040413.FIG0331.html\" target=\"blank\">7ème arrondissement : rebond au premier trimestre - Le Figaro</a>)

0
clics
La durée contractuelle moyenne de prêt en France atteint 18 ans
posté par Webmaster  le 09/04/04 - 6 commentaires

Le succès des prêts immobilier à longue (20 ans), voire très longue durées (25-30 ans) ne se dément pas auprès des ménages français, avec une durée moyenne de prêt qui s\'établit désormais à 18 ans dans l\'hexagone. Les prêts de long terme ont atteints un niveau de long terme très bas (4,2 % sur 20 ans hors assurances et frais) ce qui permet aux emprunteurs de limiter le montant des intérêts et de commencer à rembourser rapidement le capital. CAFPI note par ailleurs que les prêts sans apport se multiplient, avec un emprunt à 100 %, voire 110 % (en comprenant les frais de notaires) de la valeur du logement : ces prêts représentent aujourd\'hui 30 % de la production de crédits de CAFPI. Cette baisse de l\'apport et des durées de financement élevées augmentent la dépendance du marché immobilier par rapport au niveau des taux d\'intérêt. A noter : la durée réelle de remboursement des prêts immobiliers est bien inférieure à la durée contractuelle d\'emprunt et s\'établit à environ 10 ans aujourd\'hui (bien sûr, cette statistique s\'établit sur des prêts conclus il y a donc 10 ans ou plus et non sur les prêts établis récemment). (<a href=\"http://www.latribune.fr/Tribune/Online.nsf/Articles/9F14751752A9C578C1256E70007E2E0C?OpenDocument&login=1\" target=\"blank\">\"Les français s\'endettent à très long terme\" - La Tribune - article payant</a>)

0
clics
Un certain fatalisme de la FNAIM dans son rapport du T1 2004
posté par Webmaster  le 08/04/04 - 14 commentaires

La FNAIM publie aujourd\'hui, dans la foulée des chiffres des Notaires, les prix observés en France sur le 1er trimestre 2004 (le rapport des notaires portait sur le 4ème trimestre 2003). Elle observe une progression toujours aussi vive à Paris (+14,3 % de croissance annualisée au T1), en Ile de France (+15,1 %) et dans le reste de la France (+16,5 %). Les volumes d\'achat commencent à baisser en Ile de France, avec une baisse du volume de vente des maisons de 11 % au T1 par rapport à 2004, contre une quasi stabilisation sur les appartements (-1,9 %). Le prix moyen à Paris s\'élève selon la FNAIM à 4696 € du m2, avec un mode de calcul du prix différent de celui des notaires, plus proche des prix de transaction dans la réalité. La FNAIM fait preuve d\'un certain fatalisme dans son rapport, en prédisant une hausse des prix toujours à deux chiffres en 2004, tout en évoquant la formation d\'une bulle, qui pourrait faire souffrir le marché très durement si les taux d\'intérêt restaient à des niveaux bas pendant encore trop longtemps. L\'indice de solvabilité des ménages est par ailleurs revenu à son niveau de 1996, et les prix ont quasiment doublé en France depuis cette date en euros courants. (<a href=\"http://www.fnaim.com/actu/lettre_conj/2004_04_obs.pdf\" target=\"blank\">Rapport immobilier FNAIM au premier trimestre 2004</a>)

0
clics
A fin 2003, il faut désormais débourser 3989 € par m2 pour habiter Paris
posté par Webmaster  le 07/04/04 - 6 commentaires

Les notaires ont publié les chiffres du marché immobilier à Paris pour le 4ème trimestre et leur rétrospective pour l\'année 2003 : les prix s\'établissent en moyenne annuelle à 3989 € par m2, soit 11,1 % au dessus de ceux de fin 2002. Les volumes annuels de vente se sont globalement maintenus, avec environ 36 000 ventes réalisées en 2003 contre 37 000 en 2002, avec même une accélération observée en fin d\'année (+5,5 % de hausse des volumes au 4ème trimestre 2003 par rapport au 4ème trimestre 2002). La flambée des prix se poursuit, en particulier dans les arrondissements \"populaires\" de la capitale, avec une hausse des prix de 17,1 % dans le 18ème, 15,3 % dans le 17ème, 14,8 % dans le 19ème et 14,5 % dans le 20ème. A l\'opposé, les quartiers chics s\'assagissent, avec un petit 2,4 % de hausse pour le 7ème et 7 % de hausse pour les 4ème et 16ème arrondissements. Les chiffres publiés par les Notaires-INSEE, qui moyennent l\'ensemble des types de ventes, masquent une explosion des prix des petites surfaces (plus de 15% de hausse pour les studio et 2 pièces), tandis que ceux des 5 pièces et plus diminuent fortement (-6,9 %). L\'indice du prix médian des appartements, utilisé pour la publication du <a href=\"http://www.paris.notaires.fr/fr/immobilier/20040406_indices/22.html\" target=\"blank\">prix des 80 quartiers parisiens</a>, révèle cette hausse beaucoup plus soutenue des petites surfaces. La calculette utilisée dans la rubrique \"Votre projet\" de ce site, qui vous permet de connaître vos moyens à Paris en fonction de votre budget, a été mise à jour et se fonde désormais sur les prix du 4ème trimestre. (<a href=\"http://www.paris.notaires.fr/hpr.php?cID=153\" target=\"blank\">Rapport des notaires sur les prix parisiens au 4ème trimestre 2003</a>)

0
clics
Focus sur Neuilly sur Seine, 16ème arrondissement bis de Paris
posté par Webmaster  le 31/03/04 - 16 commentaires

\"Fluidité\" est également un mot, signe des temps, qui revient souvent dans le discours des agences pour décrire le marché de Neuilly sur Seine. Traditionnement considéré comme le 16ème arrondissement bis (et chic) de la capitale, Neuilly se caractérise par des prix comparables. Les agences annoncent des prix entre 3800 € et 6100 € du m2 suivant la localisation (boulevard bruyant ou bois), l\'état du bien (à rénover, ou en bon état), le type d\'immeuble (crépi, haussmanien) et bien sûr le type de bien (étage, nombre de pièces). Une pause dans les prix se profile, malgré une demande qui reste très forte et motivée, car les prix demandés ne sont plus en adéquation avec les budgets des acheteurs. Le stock d\'appartements à vendre se reconstitue progressivement pour les grandes surfaces et les délais de vente moyens s\'allongent pour tous les biens. Concernant la location, les prix tournent autour de 20 € du m2 avec un stock qui s\'est nettement reconstitué. <a href=\"http://www.lefigaro.fr/immobilier/20040330.FIG0321.html\" target=\"blank\">L\'article du Figaro</a> liste des exemples de ventes réelles.

0
clics
Les taux d'emprunt sur 15 ans sous 4 %
posté par Webmaster  le 31/03/04 - 20 commentaires

Le début d\'année avait vu les taux d\'emprunt remonter à 4,2 % sur 15 ans (taux réservés aux meilleurs dossiers et non TEG) sur fond d\'espoir de reprise économique. Finalement, les perspectives de croissance toujours atones et l\'espoir d\'une baisse des taux par la BCE a fait rechuter ces mêmes taux sous la barre des 4 % (3,9 % exactement chez Empruntis ou 3,95 % sur meilleurtaux.com) soit toujours 2 points au dessus de l\'inflation. La hausse des taux et une reprise plsu franche de l\'économie, toujours pronostiquées pour la fin d\'année, semblent donc se faire attendre : cela n\'est pas de nature à encourager un scénario de rupture sur un marché de l\'immobilier à Paris qui reste dynamique sur le front des prix. (<a href=\"financer.php\">Consultez les sites de courtiers dans la rubrique Financer de ce site</a>)

0
clics
Pascal Boiteau : "Les prix à Paris me semblent légèrement tendus"
posté par Webmaster  le 26/03/04 - 5 commentaires

Pascal Boiteau, gérant de fonds pour Deutsche Asset Management (immobilier), était invité hier à une interview \"online\" par le site Boursorama. Cette position d\'expert sur le marché, et la garantie d\'indépendance de ses fonctions, rend son avis sur le marché particulièrement instructif. Selon lui, l\'immobilier a bénéficié d\'arbitrages dans son sens ces dernières années du fait d\'une défiance vis à vis des autres actifs : ces arbitrages entraînent aujourd\'hui des \"prix tendus\" sur Paris. Un bon indicateur est le nombre de m2 qu\'un ménage peut acquérir à Paris qui, en 1990, était de 37 m2 pour culminer à 69 m2 en 1998. Il est aujourd\'hui à 49 m2, signe que la baisse des taux d\'intérêt et la hausse des revenus n\'ont pas gommé la forte hausse des dernières années. Il anticipe un léger tassement des prix au m2 et une remontée des taux à l\'horizon de fin d\'année 2004. (<a href=\"http://www.boursorama.com/votreinvite/historique.phtml?&page=1&news=1714340\" target=\"blank\">Lire l\'interview dans Boursorama</a>)

<< articles précédents   |    articles suivants >>

Tous les articles publiés : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346



<< Retour à la page précédente

Webmaster @ 2013 - Tous droits réservés - Contacter le webmaster - BMW C1 Déclaration CNIL n°1007240
Hébergeur : ONLINE SAS BP 438 75366 PARIS CEDEX 08